Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grèves dans les transports : les hôteliers tirent la sonnette d’alarme

L’Umih s’inquiète des mouvements sociaux annoncés à la SNCF et dans l’aérien. Le syndicat indique que les réservations sont à l’arrêt pour les mois de mai et juin.

« Je suis très inquiet de l’ampleur du mouvement de grèves ferroviaires et dans l’aérien, prévues pour le second trimestre de l’année, s’alarme Roland Héguy, le président confédéral de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (Umih). Ce calendrier est à contresens du calendrier des réservations touristiques et hôtelières”. Alors que plusieurs mouvements sociaux d’ampleur sont annoncés dans les prochains jours, aussi bien dans l’aérien qu’à la SNCF, l’Umih indique déjà constater un recul de 10% du taux d’occupation pour le mois d’avril. “Nous pouvons dès à présent chiffrer cette baisse à une perte de 150 millions d’euros pour l’hôtellerie qui présage de mauvais résultats pour les cafés et les restaurants.”

Le syndicat indique également que pour les mois de mai et juin, “les demandes de réservation sont à l’arrêt”. “Cette situation est fort dommageable pour nos professionnels qui anticipaient une forte activité, avec la clientèle de loisirs grâce aux longs week-ends de mai ainsi qu’une bonne fréquentation de la clientèle d’affaires, courant juin. Dès à présent, nous pouvons affirmer que l’impact d’une grève d’avril à juin aura des conséquences économiques et sociales sur l’ensemble du secteur du tourisme.”

Mauvais coup de pub pour la destination

Outre l’impact négatif de ce mouvement social en termes d’image pour la destination France, le syndicat s’inquiète aussi de l’organisation du travail pour les entreprises du secteur ces prochaines semaines. « Nos professionnels  seront confrontés à d’importants problèmes d’organisation du travail, reprend Roland Héguy. Le télétravail ne peut être une solution pour nos métiers de service. Les salariés seront aussi pénalisés dans leur déplacement et leurs horaires de travail, tout comme les fournisseurs pour assurer les approvisionnements.”

Le mouvement de grève doit débuter dès lundi soir, à 19h, à la SNCF. L’opérateur ferroviaire a indiqué vendredi matin, dans un communiqué, qu’il ne serait pas en mesure de donner des informations sur les trains qui circuleront pour la soirée du 2 avril et pour les journées des 3 et 4 avril avant dimanche, à 17h. “La SNCF invite ses clients qui ont prévu de voyager, en particulier sur les lignes Intercités, lundi 2 avril à compter de 19h, ainsi que le mardi 3 avril, jour de grève, à prendre les dispositions et les précautions nécessaires. La SNCF conseille aux voyageurs concernés de réexaminer les conditions de leur voyage, de le reporter ou de recourir à un autre mode de transport.” A noter que ces prévisions seront mises en ligne en temps réel, et constamment actualisées, sur sncf.com et sur l’appli SNCF. Le mouvement social doit s’étendre sur les mois d’avril, mai et juin, avec une grève perlée dont le calendrier a déjà été fixé.

Reste à savoir quelles seront les conséquences de cette désorganisation des roulements sur les jours a priori non concernés par le mouvement de grève. Dans l’aérien, une partie du personnel d’Air France sont en grève aujourd’hui. Un mouvement social est annoncé au sein de la compagnie le 3 avril également, ainsi que le 7 avril.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique