Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Google sur le terrain des comparateurs

Le moteur de recherche avance ses pions dans le voyage. Quitte à marcher dans la cour des comparateurs.

S’il finalise le rachat d’ITA Software, Google héritera d’une puissante technologie pour enfiler la casquette de comparateur dans l’aérien. Le moteur de recherche s’essaye déjà à l’exercice dans l’hôtellerie.Via Maps les hôtels sont positionnés, avec les tarifs de quelques e-agences en « liens commerciaux ». Réaction de Jean-Pierre Nadir, fondateur d’EasyVoyage : « Google a pour logique de réduire les intermédiaires. Il a sans doute pour vocation de faire de la comparaison, puisqu’il cherche par tous les moyens à gagner de l’argent. Je le considère autant comme un concurrent que comme un partenaire. » Alors, comment se protéger ? « Il faut se rendre indispensable par des contenus pertinents. Quand on est important pour l’internaute, on l’est pour Google », lequel draine « seulement » 25 % de l’audience d’EasyVoyage. « Si je perds un quart de mon trafic demain, c’est dommageable, mais je suis prêt à l’assumer. » Il reconnaît néanmoins la toute puissance du monstre sacré de la recherche : « J’ai 25 développeurs, c’est bien. Google en a 25 000… » Kelkoo France, qui annonce 800 000 visiteurs uniques par mois sur sa catégorie voyage, perçoit moins le géant de l’Internet comme une menace. « Nous sommes sereins, nous avons dix ans d’expérience (dans la comparaison, ndlr), souligne son DG Nicolas Jornet. Nous avons une approche plus humaine que robotique. Google reste pour nous un partenaire. » Pour lui, la nouvelle rubrique shopping de Google, qui ne couvre pas (encore) le voyage, valide le modèle économique de Kelkoo. Selon Fabrice Dariot, PDG de Bdv.fr, les comparateurs ont pourtant des raisons d’être inquiets, d’autant que « leurs pratiques manquent parfois de transparence ». « Certains prix sont rehaussés des frais versés au comparateur, quand ils ne sont pas périmés. Un moteur de recherche pourrait se positionner comme un Monsieur Propre de la comparaison. » Cependant, les internautes n’y ont pas forcément intérêt. « Un acteur qui contrôle tout, comme un guichet unique, va à l’encontre de l’intérêt du consommateur. »