Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Google Flight Search divise

Le comparateur aérien de Google a été lancé le 18 mars en France et dans quatre autres pays européens. Les points de vue des agences en ligne Odigeo et BudgetAir.

« Nous apprendrons ensemble »

POUR

CHRISTINE DELÉCLUSE, DIRECTRICE FRANCE DE BUDGETAIR

« Le groupe Travix, auquel appartient BudgetAir.fr, a décidé d’être présent dans Flight Search, dans les cinq marchés européens de lancement de Google. L’idée, c’est de découvrir la solution dès le départ, pour mieux se l’approprier. Nous voulons comprendre s’il peut s’agir d’un canal de vente intéressant. C’est donc un test et un travail collaboratif. Google Flight Search en est encore à ses balbutiements, il tâtonne. Nous apprendrons ensemble, dans un intérêt mutuel. Nous sommes avec lui dans le modèle du CPC (coût par clic, Ndlr), comme d’autres comparateurs. Avec une quarantaine de compagnies aériennes, contre les 500 compagnies que nous proposons à la vente via notre GDS, l’outil reste incomplet. Il n’est pas suffisamment ergonomique non plus. Je pense qu’il faut se donner le temps de le découvrir et de le laisser grandir. Nous sommes dans la plupart des comparateurs présents en France, qui génèrent la majorité de notre audience. C’est le choix stratégique du groupe Travix depuis sa création, sachant que nous avons fêté en mars 2013 nos deux ans d’existence sur le marché français ».

« Il y a des manques importants »

CONTRE

FRÉDÉRIC PILLOUD, DIRECTEUR MARKETING DE GO VOYAGES/ODIGEO

« Ma première réaction ? Enfin ! Nous entendons parler de Google Flight Search depuis deux ans. C’est donc une bonne nouvelle en soi qu’il se positionne sur le marché français, et sur quatre autres marchés européens (Royaume-Uni, Italie, Espagne, Pays-Bas, Ndlr). Aujourd’hui, nous n’avons pas rejoint Google Flight Search, même si nous aurions pu le faire, comme l’ont décidé certains de nos concurrents. Cela ne veut pas dire que nous y renonçons définitivement. Mais, nous attendons que l’outil soit plus complet et pertinent, au niveau du contenu. Dans la version de lancement, les compagnies aériennes low cost et charters sont (en très grande majorité, Ndlr) absentes. Du point de vue de l’internaute, il y a des manques importants par rapport à des sites tels que les comparateurs Kayak ou Easyvoyage. Je reste toutefois confiant : Google fera sans doute évoluer sa solution de manière à proposer aux voyageurs une plate-forme avec un grand choix d’offres, en adéquation avec les besoins des voyageurs français. »

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique