Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fort du succès des Kappa Clubs, Boomerang veut s’imposer dans le circuit

Le tour-opérateur du groupe NG Travel affiche une croissance soutenue en 2017 et nourrit désormais des ambitions sur le segment des circuits.

En 2017, Boomerang Voyages, qui commercialise des circuits en son nom, les Kappa et Coralia Clubs, a enregistré un chiffre d’affaires de 202 millions d’euros, en augmentation de 35% par rapport à 2016. « Nos clubs ont très bien marché, évidemment, mais nous sommes aussi ravis de nos performances sur les circuits », précise Olivier Kervella, le PDG de NG Travel, la holding qui coiffe le tour-opérateur.

En effet, sur ce segment, la progression en nombre de passagers (7000) est supérieure à 100%. « Evidemment, nous parlons encore de volumes faibles. Mais nous avons la technologie, les accords avec les compagnies aériennes et la confiance des réceptifs pour nourrir de plus grandes ambitions et atteindre les 20 000 clients en circuit Boomerang en 2018 », assume Olivier Kervella. Pour l’instant, le TO est récompensé par le succès de ses clubs, qui ont accueilli 80 000 clients en 2017 (+60%, 42 000 dans les Kappa Clubs et 38 000 dans les clubs Coralia).

L’accent sera mis sur les clubs Coralia

Avec 10 nouveaux clubs en 2017, Boomerang avait déjà fait fort. Pour la saison 2018, le voyagiste poursuit sur la même dynamique en programmant 41 clubs. Pour la première fois depuis le rachat des deux marques par NG Travel, il y aura plus de Coralia (22) que de Kappa (19). « Coralia, qu’on a relancé il y a seulement un an et demi, a très bien fonctionné dès le départ », explique Philippe Sangouard, directeur général de Boomerang Voyages. « Et le concept Kappa est plus exigeant. Ce qui plaît à nos clients, c’est l’authenticité qu’ils y trouvent. Les hôtels à taille humaine, les repas chez l’habitant… On perd un côté authentique si on ne soigne pas nos adresses Kappa », continue le DG.

Pour autant, de nouveaux Kappa Clubs continueront d’étoffer la production de Boomerang. « On gagnerait mieux notre vie, grâce aux économies d’échelles, si on prenait 150 chambres pour un Kappa. Mais on ne dépassera pas les 80 chambres. Le concept continuera de se déployer, moins rapidement que les Coralia, et plutôt en long-courrier », analyse Olivier Kervella. Par ailleurs, 6 nouvelles adresses Cosylis enrichissent l’offre 2018 de Boomerang Voyages.

Pour accroître son développement, le TO mise aussi sur le segment circuit, timidement investi depuis la relance du voyagiste. En Grèce, au Panama, à Chypre, au Maroc, sur l’ile Maurice ou encore en Italie, Boomerang programme une trentaine de voyages. Sur la Thaïlande, l’offre est même pléthorique (44 circuits). « Sur certaines destinations comme la Thaïlande, c’est encore une fois notre technologie qui va nous permettre de proposer des dizaines de combinés différents », appuie Olivier Kervella. « Les circuits font partie de l’ADN de Boomerang Voyages. C’est normal de vouloir développer cet axe de croissance », justifie Philippe Sangouard.

De l’importance d’être référencé

Pour distribuer ses produits, le TO compte sur ses trois nouvelles recrues, portant le contingent total de commerciaux à 9. Boomerang Voyages revendique son modèle économique basé sur le B2B et se montre optimiste concernant ses relations avec les différents réseaux de distribution. « Aujourd’hui, nous sommes référencés partout. Il nous manquait notamment un accord avec Thomas Cook, qui a été signé en septembre 2017. Nous avons d’ailleurs participé à la convention du réseau organisée la semaine dernière à Djerba (Tunisie) », précise Philippe Sangouard.

Pour le TO, pas question pour autant de déployer son propre réseau d’agences. « Nous avons déjà une agence Directours à Lyon, mais nous n’en ouvrirons pas d’autres. Dans le monde actuel, pour être performant, on se doit d’être agile et réactif, ce que le modèle traditionnel ne permet pas facilement », explique Olivier Kervella. « C’est aussi ce qui nous permet d’avoir de très bonnes relations avec les réseaux de distribution », complète Philippe Sangouard.

Comme de nombreux autres tour-opérateurs, Boomerang Voyages entrevoit l’année 2018 avec appétit. « A date, nos ventes sont en progression de 30%. C’est notre objectif de croissance et nous l’atteindrons », promet et conclut Olivier Kervella.

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.