Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Etats-Unis : la demande de voyages booste les compagnies aériennes

Aux Etats-Unis, ls grandes compagnies aériennes ont relevé leurs perspectives de chiffre d’affaires pour le trimestre en cours.

American Airlines, United Airlines, Delta Air Lines et Southwest Airlines ont toutes, dans des documents boursiers, révisé à la hausse les revenus qu’elles prévoient de dégager sur la période allant de janvier à mars malgré un trou d’air en tout début d’année lié au variant Omicron. American, par exemple, s’attend à ce que son chiffre d’affaires ne s’affiche plus en baisse que de 17% par rapport à 2019, l’année de référence pour le trafic aérien, contre 20% à 22% auparavant.

United prévoit que son chiffre d’affaires sera en haut de la fourchette prévue auparavant. Pour Delta, les revenus opérationnels représenteront 78% de ses revenus sur la même période en 2019, contre environ 74% auparavant.

Southwest s’attend pour sa part à un chiffre d’affaires opérationnel en recul de 8% à 10%, contre 10% à 15% auparavant. Et les tendances de réservations pour les vacances de printemps sont au-dessus des niveaux de 2019, remarque Southwest.

Baisse du nombre de vols

American, United et Delta ont prévenu que le prix qu’elles payaient pour le kérosène avait augmenté tandis que Southwest de son côté a un programme lui permettant de se prémunir contre les risques de fluctuations.

Certaines compagnies ont parallèlement un peu révisé à la baisse leurs programmes de vol, Southwest rappelant, par exemple, avoir réduit le nombre de trajets entre mars et mai « en raison des problèmes persistants à trouver du personnel suffisant ».

American a ainsi légèrement révisé à la baisse ses capacités pour le premier trimestre 2022 par rapport à la même période 2019, de -10% à -12% contre -8% à -10% auparavant.

Perturbations météo aux Etats-Unis

La compagnie a aussi dû faire face à deux épisodes de perturbations météorologiques importantes. Ses coûts par siège disponible ont en conséquence augmenté. Mais l’augmentation du chiffre d’affaires fait plus que compenser cette hausse et celle du kérosène, assure l’entreprise.

United pointe de son côté les effets du variant Omicron ainsi que les annulations de vols liées aux « conditions géopolitiques actuelles » pour justifier la légère réduction de son offre au premier trimestre, ses capacités étant désormais attendues en baisse de 19%, contre 16% à 18% auparavant.

A la Bourse de New York, American, United et Delta prenaient plus de 9% dans les premiers échanges, et Southwest plus de 8%.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique