Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ebookers tend la main aux professionnels

Avec un site pro et une marque blanche, l’agence en ligne, rompue au BtoC depuis sa création, fait coup double dans le BtoB cette année.

Sur fond de réorganisation européenne, Ebookers.com a enfanté d’un pôle BtoB. C’est Gilles Despas qui le couve, en qualité de vice-président de l’agence en ligne. Deux grands projets sont sur son bureau pour développer les ventes globales via des professionnels. Il y a tout d’abord la création d’un site pour agences de voyages. « Ce sera la copie conforme de notre BtoC, avec des fonctionnalités permettant aux vendeurs de suivre leurs dossiers et de toucher leurs commissions. Nous comptons commencer par ouvrir notre site professionnel en Grande-Bretagne et en Irlande, avant de le déployer en France ». D’ici là, le modèle économique sera finalisé. Le pure player s’achemine vers une commission sur les transactions (avec un minimum de dossiers requis). L’autre projet BtoB, c’est son « Private label ». Décryptage : « Nous souhaitons implanter notre site en marque blanche sur des sites partenaires. Nous voulons devenir très actifs dans ce domaine. Nos concurrents directs que sont Booking, Expedia et Go Voyages ont un terrain un peu trop facile… » Son coeur de cible : des carrefours d’audience comme les portails des compagnies aériennes régulières et low cost. Tous les moteurs du pure player leur seront proposés, au deuxième semestre 2010. Mais Gilles Despas poussera surtout sa brique hôtelière, et ses 80 000 hébergements aux deux tiers négociés par Orbitz, sa maison mère. « C’est sur ce produit que nous sommes compétitifs et que sont les marges », précise Gilles Despas. Ebookers annonce un volume d’affaires supérieur au milliard de dollars en 2009, en croissance de près de 10 %. Le Royaume-Uni est son premier terrain de jeu, en ventes. « Suivent la France, puis la Suisse, la Scandinavie, l’Allemagne et le Benelux », conclut Gilles Despas.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique