Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Des pilotes menacent de boycotter la République dominicaine

Le SNPL dénonce la détention de deux pilotes dans le pays depuis 10 mois. Si l’audience du 25 février prochain n’apporte pas d’avancées pour eux, la destination pourrait ne plus être desservie. En théorie.

Le principal syndicat de pilotes de ligne français, le SNPL France ALP, menace de boycotter la desserte de la République dominicaine.

L’objectif est d’obtenir la libération, ou du moins le jugement, de deux pilotes détenus depuis 10 mois dans le pays dans le cadre d’une opération anti-drogue. Ces derniers n’ont pas encore été jugés et les audiences, qui devaient permettre de statuer sur leur cas, ont été repoussées cinq fois. La prochaine date a été fixée au 25 février.

La sécurité juridique des équipages en question

Le SNPL a déploré ce nouveau report, mais a "pris acte d'un changement d'attitude de la justice dominicaine", les "autorités judiciaires" ayant déclaré, selon le syndicat, que "dans l'intérêt de la République dominicaine, ce procès devait se dérouler rapidement".

Toutefois, si le 25 février, des avancées significatives n’étaient pas actées, "constat serait fait que la sécurité juridique des équipages n’est pas assurée dans ce pays. En conséquence, le SNPL France ALPA appellerait immédiatement les pilotes français à cesser d’assurer les vols à destination de la République dominicaine", explique le syndicat dans un communiqué.

"Je ne suis pas bagagiste, je suis pilote"

L’affaire remonte au 20 mars 2013, lors d’une saisie de sept cent kilos de cocaïne en partance pour la France. Parmi les personnes interpellées figuraient les deux pilotes, qui avaient pris les commandes d'un avion privé contenant la drogue et devant décoller de Punta Cana. Ce Falcon 50 appartenait au lunetier français Alain Afflelou, mais avait été affrété par une société de location, SN-THS, installée à Bron (France).

"C'est pas mon problème les valises (…) Je suis pas bagagiste, je suis pilote, on n'est pas bagagiste, on n'est pas douanier, on n'est pas policier", a déclaré l'un des deux pilotes Pascal Fauret, sur France 2 la semaine dernière. "Des valises, j'en transporte tous les jours avec des passagers, j'ai jamais su ce qu'il y avait dedans (…) C'est pas du tout dans mes prérogatives, si je les ouvre, le client peut porter plainte", a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique