Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croissance à deux chiffres pour Lastminute.com/Dégriftour…

Après le trou d’air provoqué par les attentats aux Etats-Unis, Lastminute.com/Dégriftour France a retrouvé son rythme de croisière, selon son directeur général Denis Philipon.

«Les deux semaines qui ont suivi le 11 septembre ont été particulièrement difficiles», rappelle-t-il. L’agence a rapidement conduit un plan social qui a touché 35 salariés – et entraîné 15 départs -, portant à environ 230 le nombre actuel d’employés (en CDI). «Mais dès la fin novembre, le site a enregistré un niveau d’activité en phase avec nos attentes, affirme-t-il. Au mois de décembre, nous avons même dépassé les objectifs que nous nous étions fixés l’été dernier». Au moment des fêtes, le site a connu une hausse de trafic de 35%. Les ventes de produits loisirs (spectacles, cadeaux…), soit toutes les prestations hors voyage, ont doublé par rapport à l’an dernier, et représentent désormais plus de 10% du total.

«Entre 2000 et 2001, notre volume d’affaires a bénéficié d’une forte croissance, à deux chiffres, qui se révèle toutefois inférieure à nos objectifs, notamment à cause du 11 septembre». La France arrive en tête de peloton des destinations, suivie des pays du Bassin méditerranéen comme la Tunisie. Les courts séjours en Europe gagnent en popularité. Actuellement, le web draine la grande majorité des ventes (85%), mais le Minitel maintient ses 10% de parts de marché, contre 5% pour le téléphone.

Cette année, le groupe compte à nouveau sur une progression à deux chiffres dans l’Hexagone. Il devrait ainsi réaliser flirter avec les 150 millions d’euros de volume d’affaires, contre plus de 90 millions en 2000.

2001 a été une année charnière pour le groupe en France, marquée par la consolidation de la fusion, rappelle Denis Philipon. Alors que Pierre Alzon lui a passé le relai, les deux équipes ont été rassemblées sous un même toit à Cergy, là où se situait le siège social de Dégriftour. Les sites ont fusionné. Quant aux marques, elles font désormais front commun, côte à côte: «La marque Dégriftour, qui bénéficie d’un taux de notoriété supérieur à 50%, sera maintenue pendant les cinq prochaines années au minimum.».

LL  

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique