Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisière : les passagers sont-ils en sécurité ?

Suite à la diffusion d’un reportage sur France 2 critiquant la sécurité à bord des paquebots de croisières, des voyageurs français pourraient se poser la question. La Clia réfute pour sa part toute faille dans les procédures en vigueur, plus poussées, selon elle, que dans d’autres lieux et modes de transports.

C’est une publicité dont la croisière se serait bien passée. Le 31 août, le journal de 20 heures de France 2 diffusait un reportage en caméra caché censé mettre en évidence des failles dans la sécurité à bord des bateaux de croisières. Selon le journaliste, ce type de vacances "concentre tout ce que les djihadistes exècrent", se retrouvant de fait "dans le viseur des terroristes". Une analyse démentie par la Clia (Association internationale des compagnies de croisières).

Des procédures semblables à celles des aéroports

"C’est un reportage à charge de bout en bout. Je devais être interviewé et ça a été annulé. Par ailleurs, ils n’ont repris quasiment aucune des informations que nous leur avions transmis", regrette Cédric Rivoire-Perrochat, directeur général de Clia France. "Il est recommandé aux compagnies de ne pas montrer les protocoles de sécurité en vigueur", précise-t-il afin d’expliquer le refus de tournage auquel le journaliste s’était heurté.

Pour l’association, la croisière n’est pas plus menacée qu’une autre industrie. Et la sécurité, qui repose sur des procédures similaires à celles en vigueur dans les aéroports, serait même plus solide qu’ailleurs. "La sécurité est plus drastique que dans bien d’autres infrastructures touristiques (parcs d’attractions, musées, hôtels, etc…) ou de transports (gares, gares routières, transports publics, etc. …)", assure un communiqué publié en réaction au reportage. Selon Cédric Rivoire-Perrochat, certaines compagnies vont d’ailleurs plus loin que ce que préconisent les normes internationales ISPS (International Ship and Port Facility Security).

Des personnels hautement entraînés

Si la profession refuse de communiquer sur le nombre de personnels de sécurité à bord et sur leur équipement – l’armement dépendrait du pavillon sous lequel vogue le bateau –, elle assure qu’ils sont hautement entraînés, certains étant d’anciens officiers d’élite.

Par ailleurs, la croisière, plus souple que d’autres types de vacances, peut anticiper les risques et adopter des mesures préventives. "Nous avons la possibilité de ne plus aller sur des destinations à risque, à l’image d’Istanbul qui n’était plus sur les itinéraires en 2016", souligne Cédric Rivoire-Perrochat. Avec un taux de pénétration de 0,9% en France, la croisière entend convaincre de nouveaux voyageurs d'embarquer. On comprend qu'elle n'ait pas apprécié ce coup de projecteur anxiogène.

%%HORSTEXTE:1%%

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire