Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Crète, l’île majuscule

Une île ? La Crète est plutôt un mini-continent, un vrai concentré de Méditerranée. L’été, c’est une destination stratégique pour les TO, notamment sur le segment du balnéaire.

Les Grecs l’appellent « la grande île ». Et grande, elle l’est : 260 kilomètres d’ouest en est. Un territoire tout en longueur et très montagneux. Ils disent aussi qu’elle est la « plus grecque de toutes les îles », son isolement lui ayant épargné les invasions perses et macédoniennes de l’Antiquité. Mer et montagne, nature généreuse et culture millénaire : on conseille un voyage de deux semaines minimum, idéalement en avant et en arrière-saison. Mais, même au plus fort de l’été, il souffle un petit vent très agréable. Sur place, les Crétois se démènent pour accueillir des touristes, essentiels à l’économie de l’île. Agro et écotourisme à la campagne, hôtels de charme dans les villes : les nouvelles offres se sont multipliées ces dernières années. Une Crète alternative qu’on ne retrouve que rarement dans les brochures des TO français : les hôtels balnéaires s’y alignent sagement au fil des pages, un peu comme ils le font sur la côte nord entre Chania et Sitia. Car ce sont les séjours soleil qui tirent les ventes. Du coup, chacun tente d’afficher sa différence avec des hôtels labellisés : cette saison, Fram, Look, Marmara ouvrent ainsi un deuxième hôtel à leurs couleurs en Crète. Le bien-être est aussi un thème porteur tandis que les autotours et les circuits sont souvent construits autour d’un ou deux camps de base seulement, pour une version hédoniste de la découverte. C’est le gros avantage de la destination : on peut, si on veut, ne pas y bronzer idiot ! La recette fait mouche : en 2008, le Ceto a enregistré une hausse de 3,9 % des forfaits vendus (144 000), alors que la Grèce continentale dégringolait de 5,7 %. Au total, 261 000 Français ont débarqué l’an dernier à l’aéroport d’Héraklion. C’est 5 % de plus qu’en 2007.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique