Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : les autocaristes auront besoin d’aides supplémentaires en 2021

C’est ce qu’affirme Jean-Sébastien Barrault, le président de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV).

« Malheureusement, aujourd’hui, même les plus optimistes ne prévoient pas de reprise avant 2022 », déplore Jean-Sébastien Barrault, sur BFM Business, regrettant « 80% de baisse d’activité » faute de sorties scolaires ou de déplacements d’entreprises.

« On n’anticipe pas aujourd’hui de réouverture des frontières, il y a un principe de précaution par exemple au sein de l’Education nationale, un principe de prudence qui a prévalu pour interdire bien souvent les sorties scolaires jusqu’à la fin du mois de juin », a-t-il relevé. « On ne voit pas comment nos sorties touristiques occasionnelles vont repartir très rapidement ».

« Un autocar, c’est très cher »

S’il a salué l’extension à l’ensemble des entreprises de transport routier de voyageurs du « Plan Tourisme » – qui ne portait jusqu’à présent que sur les seuls « cars et bus touristiques »- il estime qu' »il faudra d’autres mesures d’accompagnement pour la profession ». « On aura besoin d’être soutenus en 2021, c’est une réalité. Et c’est ça qu’on demande avec insistance à nos ministres de tutelle ». « Il va falloir prolonger le chômage partiel pris en charge à 100% par l’Etat qui s’arrête aujourd’hui au 31 décembre », selon le représentant des autocaristes.

Et il faudra même aller plus loin. « Il va falloir traiter le problème des échéances d’emprunts et de crédits-baux. Les échéances sont très lourdes dans nos entreprises parce que le prix d’un autocar est très cher » et, même si elles ont pu être reportées d’un an, les entreprises ne pourront y faire face dès le printemps prochain, selon lui.

« On a besoin de ces entreprises. C’est un vivier de TPE, de PME, partout sur le territoire. Il faut les soutenir, il faut les aider », plaide Jean-Sébastien Barrault, rappelant que la France va accueillir la Coupe du monde de rugby en 2023 et les jeux Olympiques en 2024, et aura « des millions de touristes à transporter ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique