Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : FTI Voyages procède à des licenciements économiques

Dans le sillage de sa maison mère, la filiale française de FTI Group va devoir se séparer d’une partie de ses salariés pour traverser la crise.

FTI Voyages va licencier « entre 10 et 20 personnes », regrette Axel Mazerolles, le directeur général de FTI Voyages. « C’est une période très difficile pour nous sur le plan humain. Mais la crise nous impacte fortement, comme tout le monde. Et nous n’avons malheureusement pas d’autre choix, pour assurer la pérennité de l’entreprise, que de nous séparer de salariés irréprochables », continue le dirigeant.

Comme les autres sociétés de FTI Group, le tour-opérateur a pourtant activé différents dispositifs pour résister pendant les premiers mois de la crise. « Nous avons placé les salariés sous le régime du chômage partiel, dans tous les marchés. Nous avons réduit les coûts de fonctionnement. Les dirigeants ont baissé leur salaire, … Chacun a contribué pour que l’entreprise reste à flot », précise Axel Mazerolles. « Mais la crise perdure et tous ces efforts ne suffisent plus ».

« Tous les services sont concernés »

Pas question pour autant de parler d’un « plan massif », selon Axel Mazerolles. « Se séparer de salariés qui ne le méritent pas est vraiment très dur ». La procédure en cours, il est difficile pour l’ancien de Pierre & Vacances/Center Parcs de donner plus de détails sur les contours de ce plan de licenciement économique. « Tous les services sont concernés, à tous les niveaux. J’irai rencontrer chacun des salariés touchés pour lui expliquer pourquoi nous avons pris ces décisions. Ce sont des gens que je suis allé chercher, qui m’ont fait confiance, et je me dois de les accompagner jusqu’au bout ».

FTI Voyages a finalement dû suivre une dynamique initiée par FTI Group, sa maison mère. Selon nos informations, près de 20% des salariés du siège du groupe, installé à Munich, ont été licenciés. FTI Group a également entériné la cessation d’activités de plusieurs de ses filières, jugées trop peu rentables voire déficitaires. C’est le cas notamment du tour-opérateur allemand spécialisé dans les voyages linguistiques LAL Sprachreisen, de FTI Cruises, qui exploitait le MS Berlin, du portail en ligne fly.de et de la société de services touristiques touristic24.

« Ces décisions difficiles doivent rendre FTI plus fort, après la crise, au moment de la reprise. Nous sommes persuadés que le voyage repartira, et nous voulons faire partie de ceux qui seront présents demain. En prenant ces décisions, nous nous donnons les moyens de résister, et de nous préparer à la relance. Nous traversons une période très compliquée, mais nous voulons rester optimistes », conclut Axel Mazerolles.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique