Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Congrès à Paris : la fréquentation augmente de 10% en 2015

 » Après un bon cru 2015, Paris souhaite conforter son attractivité auprès des organisateurs d’événements. »

 

L’Office de Tourisme et des Congrès de Paris vient de publier son étude sur l’activité des congrès en 2015 dans la capitale. Et les résultats sont bons : l’année dernière, Paris a ainsi accueilli 1 004 congrès, un chiffre en hausse de 2,9% par rapport à 2014. 

Les congressistes ont afflué en masse, au nombre de 761 435, soit une hausse de près de 10%. Une affluence qui s’explique notamment par une augmentation de 7% du nombre moyen de participants aux congrès, passant ainsi de 706 en 2014 à 758 cette année.

1,19 milliards de retombées économiques

Les retombées économiques sont pour leur part estimées à 1,19 milliard d’euros, soit 7,5% de plus qu’en 2014. L’étude précise également que les congressistes français dépensent en moyenne 212 euros, contre 344 euros pour les étrangers. Ces chiffres sont plus de deux fois supérieurs aux dépenses d’un touriste loisirs, comme l’a souligné Nicolas Lefebvre, directeur général de l’Office de Tourisme et des Congrès de Paris.

Une clientèle que Paris souhaite "chouchouter", pour reprendre les termes de Jean-François Martins, maire-adjoint en charge du tourisme, alors que la destination traverse une période "compliquée" depuis les attentats qui l’ont frappée. Afin de conforter sa place de leader sur la scène internationale, la capitale vient donc de se doter d’une nouvelle version de sa charte pour l’accueil des grands événements, signée en 2009 entre les institutionnels et les hôteliers. 

Une nouvelle charte pour renforcer l’attractivité

Applicable aux congrès de grande envergure, cette charte regroupe 17 groupes hôteliers ainsi que des indépendants représentés par l’UMIH et le Synhorcat, soit quelque 651 établissements et près de 77 000 chambres. Les hôteliers signataires s’engagent notamment au niveau de la prévisibilité de leur tarification sur trois ans, ainsi que sur la mise à disposition d’allotements allant de 25 à 35% de leur capacité. 

De leur côté, la Mairie de Paris, la Chambre de Commerce et d’Industrie ainsi que l’Office de tourisme et des congrès de Paris s’engagent à travailler main dans la main pour renforcer l’attractivité de la ville, du soutien des candidatures à l’accueil des congressistes.

"Cette seconde charte est un outil pour montrer que la filière est prête, homogène, cohérente. Nous chassons en meute", a expliqué Jean-François Martins lors de sa signature, le 12 mai, dans les Salons de l’Hôtel de Ville de Paris.

Airbnb "pas en mesure de prendre les même engagements que les hôteliers"

Interrogé sur la possibilité d’intégrer de manière ponctuelle à cette charte des hébergements alternatifs de type Airbnb, le maire-adjoint au tourisme a balayé la question, précisant que "l’hébergement chez l’habitant n’est pas une demande des organisateurs d’événements". Une position soutenue par Nicolas Lefebvre, directeur général de l’Office de tourisme et des congrès de Paris qui a ajouté qu’"Airbnb n’était pas en mesure de prendre les mêmes engagements que les hôteliers parisiens". 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique