Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Confiance

NULL

Il faut lever bien haut la jambe en ce moment pour attirer le chaland. Prix sacrifiés, cadeaux, promotions, « avantages clients », facilités de paiement et autres gratuités sont censés redonner envie aux clients de consommer du voyage. L’exemple de Nouvelles Frontières, qui réduit ses frais d’acompte de 25 % à 5 % (notre Événement), montre que les majors peuvent offrir des avantages que les indépendants sont incapables de donner, faute de trésorerie suffisante. Les caisses de certains sont même si vides qu’elles fragilisent la survie des entreprises. Le Snav s’est donc lancé dans une bataille don quichottesque pour obtenir l’aide de l’État (lire p. 4). Lobbying sans conviction, tant les requérants semblent persuadés de l’inanité de leur action. On les comprend : la bourse de l’État, qui ne s’est pas déliée après l’éruption de l’Eyjafjöll, est tout aussi vide que celles des agences. NF a donc tenté un coup pour ramasser les miettes d’un marché qui s’effondre. Du propre aveu du voyagiste, il s’agit d’un test, car toute la question est de savoir si ce repli est conjoncturel ou structurel. La filiale française du leader européen et les représentants des agences indépendantes invoquent « les mouvements géopolitiques de la planète et les catastrophes naturelles » pour justifier leur action, marketing pour l’un, politique pour les autres. Mais NF pointe d’abord du doigt les changements des modes de consommation. « On n’achète plus ses voyages comme il y a vingt ans », clame son patron Jean-Marc Siano. Bien sûr, mais de qui parle-t-on ? Des jeunes, qui ne sont peut-être jamais entrés dans une agence, ou des seniors, véritables piliers de votre activité ? Les seniors représenteraient 75 % du marché des voyages. Un phénomène qui touche aussi NF : la moyenne d’âge de ses clients tournerait autour de 50 ans. Pour eux aussi, les modes de consommation de voyages ont changé. Mais ils restent attachés à la relation de confiance, à la proximité, aux conseils. Aussi seront-ils peut-être moins sensibles à la baisse du montant de l’acompte qu’au sentiment de sécurité qu’inspire la destination mais aussi celui ou celle à qui ils confient leur argent et leur voyage.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique