Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Chèques-vacances : pourquoi les commissions augmentent pour les pros

Le 1er janvier 2019, l’ANCV relèvera le taux de commission appliqué au remboursement des chèques-vacances à 2,5%. Une mesure prise alors que l’agence engage un vaste plan de transformation.

La mesure a été officialisée dans le courant de l’été : le 1er janvier 2019, le taux de commission appliqué au remboursement des chèques-vacances passera à 2,5%, contre 1% auparavant. Une nouvelle pas du goût de tous les professionnels : la confédération des Acteurs du Tourisme s’était ainsi insurgée, début août, contre cette hausse imposée “sans concertation avec les professionnels du tourisme”. Une nécessité, plaide de son côté Philippe Laval, le directeur de l’ANCV, indiquant que cette hausse viendra notamment soutenir le plan de transformation de l’agence, afin de lui permettre d’engager un vaste chantier de modernisation. « Nous sommes dans une vraie logique de transformation du modèle, explique-t-il. Notre ambition, c’est d’apporter plus d’affaires aux professionnels du tourisme, tout en favorisant les départs en vacances des plus fragiles, ce qui reste notre mission première”.

Bientôt des chèques-vacances dématérialisés

L’agence planche ainsi sur la dématérialisation des chèques-vacances. « Nous allons lancer les expérimentations dans quelques mois, pour une ouverture au public courant 2020”, détaille Philippe Laval. Ce dispositif reposera sur une solution applicative utilisable pour les paiements à distance et en face à face, qui devrait permettre de fluidifier les process et de réduire le temps de traitement du côté des professionnels. L’objectif est aussi d’élargir le nombre de bénéficiaires, en touchant notamment les jeunes, en demande d’outils numériques. Ces outils devraient également permettre de cibler un plus grand nombre de professionnels adhérents – 200 000 actuellement – en incitant notamment les pure-players, jusqu’ici rebutés par le traitement de titres papier, à rejoindre un dispositif pouvant s’inscrire à 100% online. Au fur et à mesure, les professionnels du tourisme seront connectés à la technologie développée par l’ANCV.

Plus de 15 millions d’euros investis

« Au total, nous allons investir 15 à 16 millions d’euros pour développer un ensemble de technologies qui visent à mettre l’agence au niveau des enjeux numériques de l’économie touristique », détaille Philippe Laval. « Pour que notre mission auprès des publics les plus fragiles perdure, nous étions obligés de faire évoluer notre commissionnement, poursuit-il. Nous étions sur un modèle dont l’équilibre global devait obligatoirement évoluer. C’est lié au mode de financement très particulier de l’agence : l’ANCV se finance en effet sur les commissions mais aussi (pour 1/3, ndlr) sur les placements financiers sur les marchés, qui diminuent, ce qui nous oblige à trouver d’autres façons de nous financer.”

Un remboursement plus rapide

Autre changement, le 1er janvier, le délai de remboursement passera à 5 jours ouvrés, contre 21 actuellement. Une décision qui doit permettre aux professionnels du tourisme d’améliorer leur trésorerie, souligne l’ANCV. Ils pourront également suivre le suivi leur remboursement sur leur espace dédié en temps réel.

A l’heure actuelle, plus de 10 millions de personnes bénéficient aujourd’hui (directement et indirectement) du chèque-vacances. « L’ANCV au travers de son Contrat d’Objectif et de Performance 2017-2021, s’est engagée à poursuivre son développement et à aider chaque année plus de 200 000 personnes en situation de fragilité à partir en vacances grâce à ses programmes d’actions sociales. » Une progression qui devrait mécaniquement bénéficier aux professionnels du tourisme. “Ces évolutions ont vocation à accroître les dépenses touristiques qui bénéficient directement aux professionnels du tourisme et des loisirs conventionnés : aujourd’hui 1€ de Chèque-Vacances génère en moyenne 3€ de dépenses supplémentaires”, fait savoir l’ANCV.