Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Axel Mazerolles (FTI Voyages) : « Les Etats-Unis ? Une destination irremplaçable »

Axel Mazerolles, le directeur général de FTI Voyages, réagit à l’annonce de la réouverture prochaine des frontières américaines aux touristes européens vaccinés.

L’Echo touristique : Les Etats-Unis rouvrent leurs frontières aux personnes vaccinées. Après vingt mois de fermeture, c’est une bonne nouvelle ?

Axel Mazerolles : C’est forcément une très bonne nouvelle. C’est l’une des destinations les plus aimées des Français. Peu importe leur région d’origine : les Etats-Unis, ça fonctionne partout ! Le marché a perdu, pendant trop longtemps, cette destination qui est incontournable et irremplaçable. C’est une destination qui offre toutes les expériences possibles, et qui séduit toute l’année. Après tant de mois de privations, on peut même s’attendre à voir les paniers moyens s’envoler pour les Etats-Unis, car les clients qui vont y retourner en premier sont des passionnés. Après toutes les mauvaises nouvelles que nous empilons depuis le début de la pandémie, ce n’est que du bonheur. Même s’il ne faut pas fanfaronner et crier victoire trop vite.

Le marché ne redémarre pas ?

Axel Mazerolles : La réouverture du Canada, par exemple, n’a pas eu encore l’effet escompté en termes de réservations. C’est une très bonne nouvelle, mais qui ne se traduit pas encore sur notre activité. De notre côté, nous observons une forte croissance des ventes, qui ne s’interrompt pas, depuis le mois d’août. Certains jours, nous vendons plus que pendant l’exercice 2018/2019. Mais dans une autre configuration : 50% de nos ventes sont de l’ultra dernière-minute, avec un départ, au plus tard, 15 jours après la réservation. Certaines destinations dans lesquelles on ne nous attendait pas, comme la Grèce, fonctionnent très bien cet été. Mais la saison hivernale s’annonce plus compliquée, hormis sur quelques axes. Parce que le marché reste attentiste, dans le doute, face à l’évolution de la situation sanitaire à destination. Donc les signaux sont positifs, les ventes sont dynamiques, mais tout ceci est très fragile.

Il ne faut pas crier victoire trop vite, cette crise compte encore son lot d’imprévus.

Hausse des cotisations : FTI Voyages en colère contre l’APST
Axel Mazerolles, directeur général de FTI Voyages.
© Eventiz Media Group

Quelles sont les destinations qui fonctionnent déjà très bien pour l’hiver ?

Axel Mazerolles : La République Dominicaine devrait être l’un de nos succès hivernaux… si la situation demeure en l’état. Les réservations affluent, et nous allons les pousser en organisant six éductours, d’ici à la fin de l’année, à destination. Dubaï, qui accueille l’exposition universelle à compter de cet automne, est également très demandée. Nous sommes dans l’attente d’autres annonces de réouverture importantes, comme celle de la Thaïlande, qui desserre peu à peu l’étau. Cela serait, là aussi, un marqueur fort pour l’industrie. Et, bien sûr, dès la réouverture des Etats-Unis, nous nous attendons à voir la destination redécoller. Peut-être avec des produits plus simples dans un premier temps : des city-breaks à New-York, des séjours en Floride, …Et nous attendons désormais d’autres réouvertures, encore plus structurelles pour nous.

Comme les destinations du sud méditerranéen ?

Axel Mazerolles : On se projette déjà presque sur l’été prochain. Mais oui, c’est sûr que la réouverture de destinations comme le Maroc ou la Turquie nous permettrait de retrouver un niveau d’activité très intéressant. Nous nous sommes fixés pour objectif, sur l’exercice 2021/2022, de nous rapprocher au maximum de ce que nous avons fait en 2019 (220 000 passagers pour un chiffre d’affaires d’environ 175 millions d’euros, NDLR). Je sais que cela sera difficile, mais pas impossible, à condition que la situation sanitaire à l’échelle mondiale se maintienne. Donc nous sommes optimistes, mais prudents. Il ne faut pas crier victoire trop vite, cette crise compte encore son lot d’imprévus.

A lire aussi : 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique