Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[#AWF21] « Devons-nous revenir aux records touristiques de 2019 ? », s’interroge Alessandra Priante (OMT)

Pour Alessandra Priante, directrice Europe de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), il faut changer de paradigme. Nous l’avons interviewée lors du forum international A World For Travel (AWFT).

L’Echo touristique : Les destinations ont envie de retrouver les niveaux de fréquentation de 2019, notamment pour sauver des emplois. Comment réconcilier reprise et développement durable ?

Alessandra Priante : D’après nos prévisions, nous retrouverons les niveaux de fréquentation touristique de 2019 au mieux en 2024. Le secteur est profondément affecté par la pandémie. La question que pose la crise du Covid-19 est la suivante : avons-nous vraiment besoin de retrouver les niveaux record de fréquentation de 2019 ? Non. Le nombre de touristes ne doit plus constituer l’objectif des destinations. Les KPIs (indicateurs clés de performance, NDLR) doivent changer. Notre proposition de valeur doit changer. Il faut que le tourisme responsable soit plus que des mots, même si la notion de recettes demeure importante.

Vous publiez des statistiques sur les arrivées internationales, mais les pays n’ont pas les mêmes façons de calculer. Envisagez-vous de changer votre méthodologie ?

Alessandra Priante : Les pays nous fournissent les données, et ils ont effectivement des approches parfois différentes pour calculer. Harmoniser les statistiques, à l’échelle mondiale, s’avère très difficile. L’OMT ne peut pas le faire, et ce n’est pas notre mission. Nous sommes là pour créer du dialogue et partager des données comparables. Et ce n’est plus le sujet. Nous sommes davantage sur un changement de KPIs, soit l’évaluation des pays au regard du développement durable. Nous disposons d’un standard reconnu par les Nations Unies, et approuvé en mars 2021. Plusieurs pays s’y intéressent et veulent le déployer. C’est peut-être la solution.

Nous disposons d’un standard pour mesurer le développement responsable.

L’OMT est fortement connu en France en tant que fournisseur de chiffres de fréquentation internationale. Comment renforcer votre image ?

Alessandra Priante : Nous faisons nettement plus ! En tant qu’agence des Nations Unis, nous aidons les Etats dans leur stratégie de développement du secteur. Nous sommes très impliqués dans différents domaines : la promotion du tourisme responsable, les investissements, l’innovation, les tendances, la transformation digitale, la formation… Nous travaillons avec les ministères du tourisme et d’autres organisations, notamment en France avec laquelle nous avons développé une bonne relation.

Vous avez pris vos fonctions peu de temps avant le début de la crise sanitaire. Quelle a été la mission de l’OMT pendant cette période ?

Alessandra Priante : J’ai démarré ma mission trois mois avant le début de la crise sanitaire, soit au mois de novembre 2019. Nous avons alors mis en place des outils pour aider les acteurs du tourisme. Nous avons notamment fourni des données pour accompagner les opérateurs du secteur public comme du secteur privé. Nous avons pris notre rôle très à cœur, en tant qu’agence des Nations Unies.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique