Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France nominée pour le prix Pinocchio sur le greenwashing

La compagnie a mis en place un projet de reforestation à Madagascar qui pénalise les communautés locales, selon une association.

Air France fait partie des trois finalistes pour le prix Pinocchio dans la catégorie de "l'entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles".

L’association Les Amis de la Terre pointe du doigt un projet de lutte contre la déforestation à Madagascar, financé par Air France et mis en œuvre par GoodPlanet et WWF Madagascar, initialement présenté comme un projet de "pur mécénat environnemental".

"Deux ans et demi plus tard, les masques tombent : la compagnie reconnaît que le projet va générer des crédits carbone… mais qu'elle n'en tirera aucun bénéfice, et que l'ensemble des revenus reviendront aux populations locales", explique l’association sur son site.

Aggravation de l’insécurité alimentaire

D’après l’étude menée par l’association avec l'aide d'une journaliste, ce projet, baptisé PHCF, "confisque des zones forestières entières aux populations locales, déplacées, qui voient leurs moyens de subsistance réduits (…). Pire, pour surveiller les fraudeurs, une milice a été créée : sa mission, traquer les villageois qui défrichent un lopin de forêt pour cultiver et se nourrir".

Sur son site, l’association explique que le projet de reforestation repose sur deux volets : la mesure du carbone stocké dans les forêts et la mise en place de mesures répressives pour empêcher les populations locales de pratiquer la défriche-brûlis. "Mais la promotion des alternatives agricoles durables n’a pas systématiquement suivi, entraînant l’aggravation de l’insécurité alimentaire auprès de communautés locales déjà très précarisées".

"Pour que certains puissent continuer à polluer, on demande donc aux plus pauvres de modifier leur mode de vie : la forêt et les terres ne sont plus des territoires mais des stocks de carbone à protéger", conclut l’association.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique