';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Affaires à faire

Volontaristes ou candides, les organisateurs de Top Resa ? Alors que tous les acteurs du secteur sont dans le brouillard le plus complet sur les semaines qui viennent, Reed Expositions a estimé cette semaine disposer de suffisamment de visibilité pour affirmer que la prochaine édition de l’IFTM, en septembre prochain, sera « bonne ».

C’est-à-dire, dans l’esprit des organisateurs, au moins au même niveau que l’an dernier. Compte tenu des perspectives économiques à court terme et du niveau actuel des réservations estivales, cette prévision semble relever de l’exploit. Top Resa l’explique par sa position de leader, du genre « s’il ne reste qu’un salon à faire, ce sera celui-là ». Soit. Les offices de tourisme et les destinations, devenus maîtres des lieux, seront en effet bien au salon.

Quand ces exposants, qui assurent plus de la moitié des revenus de la manifestation, confirment leur investissement, normal que les organisateurs soient rassurés. Ces derniers affirment d’ailleurs avoir vendu 90 % des 27 000 m² disponibles. Si Reed a réussi à attirer les exposants, il lui faut maintenant convaincre les visiteurs, et notamment les nouveaux, l’an dernier venus en curieux. Les organisateurs pensent que cette année, ils viendront en acheteurs.

Sur le même sujet

Mais cette fois, pas d’engagements à X mois à l’avance, ils ne viendront qu’en fonction de leurs besoins. Or, si l’on en croit la dernière étude de KDS, ils sont actuellement bien faibles, particulièrement dans le voyage d’affaires. Dans les entreprises, plus personne ne voyage si ce n’est pour rencontrer un client, avec un retour sur investissement rapide et sûr. Top Resa pourra-t-il présenter cette garantie ?

C’est la certitude des organisateurs. Ce n’est pas celle du groupe Travelport, qui a renoncé, où même de CWT, qui s’interroge encore sur sa présence. Réponse, qu’on espère positive, en septembre.

Cédric NEAU
Rédacteur en chef adjoint

Réagir à cet article

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire