Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

AF 447 : Air France savait que les sondes Pitot présentaient un risque

« Selon une association de victimes, le memorandum sur l’accident du vol Rio-Paris remis à la justice par la compagnie montre qu’elle avait détecté que la défaillance des sondes de vitesse constituait « un risque critique » pour la sécurité des vols. »

"Par cette note, Air France valide officiellement que les problèmes des sondes Pitot constituaient un risque critique pour la sécurité des vols et qu’elle en avait l’entière connaissance puisqu’elle échangeait sur le sujet depuis longtemps avec Airbus", a déclaré vendredi Jean-Baptiste Audousset, président d’une association de familles de victimes, "Entraide et solidarité AF447". "Qui dit risque critique pour la sécurité des vols dit risque de catastrophe. […] Avec ce memorandum, Air France valide sans ambiguïté que les sondes Pitot sont au coeur de la chaîne causale qui a conduit au crash", a-t-il ajouté.

Dans ce document de 15 pages remis à la justice, la compagnie s’estime irréprochable, soulignant avoir alerté les autorités compétentes et interrogé à maintes reprises le constructeur européen Airbus sur les incidents en série (givrage) constatés sur les sondes fabriquées par Thales. Elle pointe en revanche du doigt Airbus et Thales, qui "ont considéré ces événements comme mineurs et sans conséquence potentiellement catastrophique", indique la compagnie dans ses conclusions. Elle estime toutefois qu’"il est impossible d’établir avec certitude un lien de cause à effet entre le dysfonctionnement des sondes Pitot et l’accident", reprenant ainsi les conclusions provisoires du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) chargé des investigations techniques.