Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

5 Apamée, Sergilla

Illustres ruines

La grande allée de colonnes d’Apamée, située sur un versant de l’Anti-Liban, suffit pour imaginer la puissance d’une ville, qui réunissait, au début de l’ère chrétienne, jusqu’à 500 000 âmes. D’autres indices attestent du passé glorieux de la cité, comme la formidable porte Nord, les fondations des thermes, du théâtre ou de villas patriciennes. Pourtant, Apamée se languit de ses visiteurs. Ici, c’est la contre-Égypte. On n’a tout simplement pas encore pensé aux touristes, alors que pas un TO ne fait l’injure de ne pas le programmer. Une pauvre guérite en tôle marque l’entrée payante, tandis qu’un vague magasin de souvenirs tente de capter l’attention des visiteurs. Ici, c’est l’aube du tourisme, montrant un site à peine défriché, sorti d’une peinture classique de Poussin, exaltant le romantisme et la contemplation. Rare sensation que l’on retrouve à Sergilla, une des très nombreuses villes mortes près d’Alep, parfaitement conservée dans son décor autrefois très généreux en olivier, vigne et céréales, et abandonnée par ses habitants pour d’obscures raisons (changement climatique, invasions, tremblement de terre…).

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique