Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

3 Tamanrasset

La porte du Hoggar

Pour parler de Tamanrasset, les initiés disent simplement « Tam ». Un petit nom qui résonne comme un sésame et ouvre des horizons immenses : ceux du Grand Sud algérien, le Sahara mythique des aventuriers et des caravanes, des Touaregs et des tassilis. À l’ombre du massif du Hoggar, sur un plateau à 1 400 m d’altitude, Tam a toujours été un carrefour naturel, lieu de rencontre des nomades en provenance du Niger, du Mali ou de la Libye. Petit village promu dans les années 50 sous-préfecture « du département des territoires des oasis du Sahara », la ville est surtout, depuis 35 ans, « La Mecque » des randonneurs de tout poil, point de rendez-vous obligé pour les départs des boucles sahariennes, vers les montagnes du Nord ou les dunes du Sud. On se contente donc d’une étape « technique », à la descente de l’avion, le temps de charger matériel et plein d’eau. Mais on apprécie l’ambiance déjà très exotique de ce bout du monde à 2 000 kilomètres au sud d’Alger. Malgré les vicissitudes de la fréquentation touristique, Tam s’est refait une beauté. On ne saura pas combien elle compte d’habitants – « beaucoup » répondent invariablement ceux qu’on interroge ! -, mais l’Université flambant neuve et la promenade aménagée sous les arcades lui donnent un petit air pimpant qui engagerait presque à s’y attarder.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique