Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

3 Nancy et Bar-le-Duc

Arts du feu et transis

Vous n’irez pas dans les musées nancéens pour des tableaux aux airs de déjà-vu. Vous irez pour ces choses qu’on appelait naguère arts appliqués – et que l’on qualifie aujourd’hui de design. Derrière ses robustes remparts, Nancy est la ville légère des arts du feu : cité du verre avec l’inégalable Gallé, cité du fer avec les grilles volutées de la place Stanislas. On l’aura deviné, ce Stanislas venait de Pologne, il en était même le roi déchu, mais quand on est beau-père de Louis XV, on ne peut rester sans domicile fixe… Vous retrouverez ce souverain carnavalesque à Lunéville, dont il dopa la faïence, et à Commercy, qui lui doit la madeleine : lorsque l’on piste ce gros gourmand de Stanislas, les arts du feu deviennent vite ceux de la cuisine ! On revisita même pour son compte le baba au rhum – alors servi au tokay. Mais toute la Lorraine a ses secrets de cordon-bleu. À Saint-Mihiel, la Mise au tombeau est sculptée de manière si puissante que son auteur, Rigier Ligier, passa pour élève de Michel-Ange. La réalité est plus belle : Ligier tirait son inspiration des coteaux de la Meuse. Quant à son Transi, l’inquiétante statue cadavérique que vous verrez à Bar-le-Duc, il est si intemporel qu’il a inspiré le décor de scène de Mylène Farmer !

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique