Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Ouragan Irma : les pros sonnent l'heure de la mobilisation

| | | | | | | | | | par
L'agence Indigo, qui a représenté la destination pendant 12 ans, a lancé une collecte pour soutenir les habitants de Saint-Martin.
L'agence Indigo, qui a représenté la destination pendant 12 ans, a lancé une collecte pour soutenir les habitants de Saint-Martin.
©DR

L'agence Indigo crée un fonds de solidarité et de soutien aux habitants de l’île. Le Medef espère aussi, à sa façon, stimuler un mouvement de solidarité.

Ils ont représenté l’île caribéenne pendant plus de douze ans, et ont décidé de se mobiliser. Face à la tragédie dont est victime Saint-Martin, dévastée par l’ouragan Irma, l’agence Indigo vient de mettre en place un fonds de solidarité et de soutien aux habitants de l’île.

Les fonds récoltés seront intégralement reversés à la collectivité territoriale de Saint-Martin, pour soutenir ses habitants. Les personnes qui souhaitent contribuer peuvent dès à présent adresser leurs dons*. Les associations ont également lancé des appels à la solidarité.

De son côté, le Medef a également sonné la "mobilisation générale pour la reconstruction", pour "initier un mouvement de solidarité entrepreneuriale en impliquant les grandes entreprises implantées localement" dans les secteurs des transports, de l’énergie, de la téléphonie notamment.

Dans un communiqué, les organisations professionnelles du secteur des hôtels, cafés, restaurants ont également exprimé leur solidarité. Elles ont indiqué avoir "sollicité des mesures d’urgences auprès de leur régime de prévoyance pour les professionnels du secteur mais aussi pour l’ensemble des professionnels en demandant  la réactivation de la cellule de continuité économique auprès du gouvernement". 

Urgence économique

"Elles ont donc obtenu de HCR Santé et HCR Prévoyance le déclenchement de mesures d’aides aux entreprises sinistrées et à leurs salariés et continuent de solliciter une majoration de ces aides afin qu’elles soient à la hauteur de ce drame. Dès lors que l’état de catastrophe naturelle sera déclaré, les salariés sinistrés en poste et cotisant à HCR Prévoyance au moment de la catastrophe, pourront bénéficier d’une aide exceptionnelle", précise le communiqué. En complément, les organisations professionnelles ont demandé l'activation de la cellule de continuité économique, souhaitant également que soit mis en place un moratoire sur les charges sociales, les taxes et les impôts dus. 

"Les entreprises et leurs salariés pourront compter sur les organisations professionnelles du secteur qui sont mobilisées pour les aider et les accompagner dans la reconstruction", assurent ces organisations professionnelles.

Détruite à 95% par l’ouragan, Saint-Martin, qui vivait en grande partie du tourisme, risque en effet de mettre du temps à se relever. Pour les îles les plus touchées, c’est aussi une catastrophe économique qui s’annonce. "Ça fait 30 ans que je fais ce métier, nous avons connu d'autres procédures cyclones avec quelques arbres cassés, mais jamais on a eu ce niveau de dégâts", a indiqué à l'AFP Gilbert Cisneros, président d'Exotismes, spécialiste des destinations tropicales.

Une "double peine" pour ces destinations

"Pour ces îles, ça va être une catastrophe, elles vivent essentiellement du tourisme", a estimé auprès de l'AFP Didier Arino, directeur du cabinet d'études Protourisme. Or, la première réaction du vacancier, c'est de changer de destination. C'est d'autant plus vrai que les touristes qui fréquentent ces endroits sont souvent "des gens riches qui ont largement la possibilité d'aller ailleurs".

Même constat du côté de Jean-François Rial, qui anticipe déjà le contrecoup que vont subir ces destinations. "Chaque fois que vous avez une catastrophe naturelle à un endroit, vous avez une double peine (...) Quelqu'un qui a la possibilité de choisir entre 30 destinations, il ne va pas aller dans celle où il pense que tout est dévasté."

Un vrai "cauchemar pour les deux îles" de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, "qui sont l'emblème du tourisme en Outre-mer", analyse de son côté Roland Héguy, président de l’Umih et de la nouvelle Confédération des acteurs du tourisme.

"On peut imaginer qu'il faudra des mois avant que la vie ne reprenne vraiment mais il est certain que l'ensemble de la profession fera le maximum pour que dans trois ou quatre mois, ces deux îles puissent de nouveau accueillir les touristes", estime-t-il.

L’état de catastrophe naturelle devrait être déclaré dans la journée pour faciliter l’indemnisation des victimes. Dès mercredi soir, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé qu’un “plan national de reconstruction” serait déployé dans les plus brefs délais.

*Indigo Unlimited - Fonds de solidarité pour Saint Martin - Caraïbes Françaises. Adresse : Indigo Unlimited - 4 bis rue Descombes - 75017 Paris / Fonds de solidarité pour St Martin.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer