Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Atout France part en quête de 20 millions d'euros

| | | | | | | par
Pour promouvoir notre pays, Atout France a besoin de financements nouveaux.
Pour promouvoir notre pays, Atout France a besoin de financements nouveaux.
©hin255 - stock.adobe.com

Le gouvernement lance une mission sur le financement de la destination France. L’objectif est de trouver, a minima, 20M€ supplémentaires afin de défendre les atours du pays à l’international.

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au tourisme, le martèle à chacun de ses déplacements. La France doit atteindre la barre symbolique des 100 millions de visiteurs étrangers en 2020, pour 50 milliards euros de recettes. La destination s’achemine vers 88 à 89 millions de touristes cette année (contre 82,5 millions en 2015), avec environ 40 milliards euros de revenus.

Passer de 70M€ à 100M€

Pour atteindre les objectifs fixés à la fin de la décennie, le gouvernement a clairement besoin de deniers supplémentaires. Lors du premier conseil de pilotage du tourisme, organisé mardi 10 octobre sous la présidence du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, les pouvoirs publics ont à dessein entériné le lancement d'une mission de réflexion. Cette mission doit trouver des solutions pour accroître les moyens dont dispose Atout France, bras armé de l'Etat en matière de tourisme. Objectif : dégager collectivement un euro à la promotion par visiteur étranger, d'ici à 2022.

Atout France disposerait ainsi d'un budget de l'ordre de 88 millions d’euros à 100 millions d’euros. Actuellement, l'organisme dispose d'une dotation de l'Etat de 32 millions d'euros par an, auxquels s'ajoutent les sommes résultant de partenariats noués par l'agence avec des collectivités et des acteurs du tourisme. L’enveloppe globale atteint ainsi quelque 70 millions d’euros. Il manque donc 20 à 30 millions d’euros pour satisfaire les ambitions d’un gouvernement particulièrement impliqué dans le secteur.

Quid du projet de taxe Tourisme ?

Lors des Primaires du tourisme, Arnaud Leroy, représentant Emmanuel Macron et En Marche ! tout à la fois, avait évoqué la création d’une taxe Tourisme d’un montant de 60 millions d’euros, pour gonfler le budget promotion d’Atout France, collectée auprès des grands musées, des parcs d’attraction, des remontées mécaniques. Les ambitions semblent plus mesurées qu’avant les élections présidentielles.

Le principe, lui, de la taxe est-il toujours d’actualité ou écarté ? Nous avons posé la question à Germain Lelarge, créateur du site La France du Nord au Sud (revendu à Pierre & Vacances Center Parcs), qui compose la mission de réflexion avec le DG d'Atout France Christian Mantei, et le président du groupement de chaînes hôtelières GNC Jacques Barré. "Nous allons investiguer toutes les pistes pour augmenter le budget d’Atout France, a répondu Germain Lelarge. L'objectif est d'atteindre 100 millions d’euros en 2020, voire dès 2019, ce qui nous placerait à la hauteur de l’Allemagne." "Nous allons maintenant rencontrer les hôteliers, les plates-formes collaboratives, les collectivités, les musées, les parcs d'attraction...", a ajouté Germain Lelarge. Et ce, dans les plus brefs délais.

Les conclusions seront a priori dévoilées lors du deuxième Conseil interministériel du tourisme, prévu le 19 janvier 2018 sous la houlette du Premier ministre. Le premier avait réuni, le 26 juillet dernier, 17 membres du gouvernement et des représentants du secteur, afin de présenter la feuille de route et le calendrier de la France au chapitre du tourisme.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer