Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Agence de voyages : le salaire minimum reste sous le SMIC

| | | | par
Les NAO sur les rémunérations conventionnelles de la branche ont amené organisations patronales et syndicales à un compromis cette année. Le salaire de démarrage pour une vendeuse/un vendeur reste toutefois sous le Smic pour plusieurs mois.
Les NAO sur les rémunérations conventionnelles de la branche ont amené organisations patronales et syndicales à un compromis cette année. Le salaire de démarrage pour une vendeuse/un vendeur reste toutefois sous le Smic pour plusieurs mois.
© Fotolia

Après deux années sans augmentation, le salaire minimum en agence de voyages remonte la pente, mais doucement. En deux étapes.

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) entre organisations syndicales et patronales avancent. Après deux années sans revalorisation, FO et la CFTC ont signé l'accord proposé par les Entreprises du Voyage (EDV), qui prévoit 2% d'augmentation sur neuf mois. Et ce, pour toutes les catégoriesde salariés, de A à G.

Ces deux syndicats représentant 30% des salariés, l'accord entrera vraisemblablement en vigueur, explique Charles Vivie, président de la commission sociale au sein des EDV. Sauf si, d'ici la fin du mois, les trois autres organisations faisaient ensemble barrage avec plus de 50% de représentativité, ce qui reste peu probable. La CFDT, CGT et CFE-CGC étaient d'accord sur la revalorisation de 2%, le point d'achoppement concernant le calendrier, que ces syndicats non signataires voulaient plus resserré, assure Charles de Vivie.

Au niveau du Smic début 2018

"Une hausse de 2% après des années de vaches maigres, c'est un accord équilibré et raisonnable, compte tenu de la forte incertitude qui pèse sur notre secteur", souligne-t-il.

L'accord prévoit une revalorisation en deux temps, pour ménager les patrons et leur portefeuille : +1% au 1er avril 2017, et 0,99% au 1er janvier 2018. "Les entreprises appliquent alors la même augmentation à chaque groupe, pour maintenir les écarts entre les salaires", rappelle le président de la commission sociale.

Par conséquent, en théorie, les collaborateurs du groupe A restent sous le Smic sur le mois d'avril 2017 et le reste de l'année, à 1472,63 euros. Il faudra attendre le 1er janvier 2018 pour que les plus petits salaires de la profession passent à 1 487,21 euros par mois, et deviennent ainsi calés un cheveu au-dessus de l'actuel salaire minimum en France... lequel devrait augmenter au même moment. Le rattrapage est difficile, ce qui n'est jamais bon pour l'image de la profession.

Rappelons toutefois que, en vertu du code du Travail, les vendeurs sont bel et bien rémunérés au minimum au Smic, soit 1480,27 euros par mois, pour un CDI de 35 heures.

Les minima conventionnels de l'accord proposé par les EDV, et signé par deux des cinq syndicats.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer