Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyage au Sri Lanka : quelles sont les formalités d’entrée ?

Si le Sri Lanka a levé les exigences sanitaires, certaines démarches doivent toutefois être accomplies pour voyager dans le pays. Le point sur ce qu’il faut savoir.

Dans un communiqué publié le mercredi 7 décembre, le ministère sri-lankais de la Santé a déclaré qu’il supprime les restrictions Covid-19 qui étaient en place pour les passagers arrivant de l’étranger, rapporte Action-Visas. Alors que les visiteurs internationaux devaient fournir soit un certificat de vaccination Covid, soit un résultat négatif de test PCR, réalisé 72 heures avant le départ, ou antigénique, effectué 48 heures avant le voyage, ces documents sanitaires ne sont plus nécessaires depuis ce 7 décembre 2022.

Ainsi que le précise de son côté le Quai d’Orsay, en cas de dépistage positif au cours du séjour, les voyageurs sont placés en quarantaine pour une durée de 7 jours dans une structure habilitée (hôtels de niveau 1 ou « level 1 », hôtels de quarantaine, centre de traitement d’un hôpital privé), à leur frais.

À quelques exceptions près, les touristes de tous les pays sont exemptés de visa d’entrée au Sri Lanka. Ces derniers doivent cependant obtenir une Electronic Travel Authorization (ETA) avant leur départ ou à l’arrivée sur l’île de Ceylan. Avec cette suppression des exigences sanitaires de voyage liées au Covid-19, seule l’obtention d’une autorisation ETA est nécessaire pour se rendre au Sri Lanka, informe Action-Visas.

Augmentation des frais de visas

Les autorités sri-lankaises de l’immigration ont récemment lancé un nouveau visa électronique touristique long séjour permettant aux touristes de séjourner jusqu’à 180 jours dans le pays. Quelques jours après avoir introduit cette autorisation de voyage long séjour, le Sri Lanka a annoncé une augmentation de ses frais de visas et d’ETA afin d’augmenter les recettes gouvernementales liées au tourisme et d’ainsi stabiliser l’économie nationale très perturbée depuis de nombreux mois.

Auparavant fixé à 35 US$, soit environ 34 €, le prix de l’ETA touristique réclamée en ligne avant le départ pour le Sri Lanka est passé à 50 US$ (environ 48 €) le 1er décembre. Les voyageurs d’affaires doivent eux payer 55 US$ pour obtenir leur autorisation électronique de voyage sur Internet avant le voyage.

Les seniors qui envisagent un séjour prolongé au Sri Lanka dans le cadre du programme « My Dream Home » devront débourser 200 US$, soit 50 US$ de plus, pour la délivrance de leur visa renouvelable de résidence valable 2 ans, précise en outre Action-Visas.

Les passagers en transit ainsi que les enfants de moins de 12 ans seront les seuls non-impactés par ces augmentations des frais de visas, l’autorisation électronique de voyage ETA restant gratuite pour ces derniers à partir du 1er décembre 2022.

L’ETA est déclinée en plusieurs versions :

  1. Touristique court séjour : pour effectuer jusqu’à deux séjours/entrées de 30 jours, prolongeables jusqu’à 270 jours après trois passages à l’immigration ;

  2. Touristique long séjour: pour rester au Sri Lanka jusqu’à 180 jours, sans déplacements pour extensions auprès de l’immigration ;

  3. Affaires: permettant de faire plusieurs entrées de 30 jours au Sri Lanka ;

  4. Transit: pour réaliser une escale de 2 jours au Sri Lanka ;

  5. Moins de 12 ans : pour les enfants.

Un passeport valide au moins six mois

Si l’objet de la visite au Sri Lanka est autre que touristique, il convient de formuler, préalablement au départ, une demande de visa auprès des autorités srilankaises compétentes pour le lieu de résidence du visiteur, alerte de son côté le Quai d’Orsay. Entrer avec un visa de tourisme et le faire transformer en visa de résident est illégal et expose à un risque d’expulsion du territoire.

Par ailleurs, ainsi que le rappelle le Quai d’Orsay, à l’arrivée au Sri Lanka, les visiteurs doivent être munis d’un passeport d’une durée de validité d’au moins 6 mois après la date d’entrée, d’un billet de retour et de justificatifs de ressources pour la durée de leur séjour. Il est en outre « recommandé aux voyageurs désireux d’effectuer un périple comprenant des étapes en Inde, au Sri Lanka, et de nouveau en Inde, de s’informer de la réglementation indienne en matière de visa de tourisme », souligne le Quai d’Orsay.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique