Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Volcan islandais : l’industrie touristique garde son calme

L’éruption du volcan Grimsvötn n’affectait hier que les voyages et le trafic aérien en Islande et au Groenland, mais le nuage de cendres pourrait atteindre l’Ecosse, l’Irlande et la Norvège aujourd’hui.

Pas de panique. C’est le message qu’ont répété hier les compagnies aériennes et les tour-opérateurs, alors que l’éruption du volcan islandais Grimsvötn inquiète l’Europe. Hier soir, seule était fermée une partie de l’espace aérien d’Islande et du Groenland, entraînant une suspension des vols vers et depuis ces destinations (y compris les vols en correspondance depuis et vers les Etats-Unis). Une situation qui épargne donc pour l’instant les opérateurs touristiques français, puisque la saison n’a pas commencé au Groenland, et elle débute à peine en Islande. La fermeture d’une partie de la route principale N1 rendant impossible les autotours et circuits, Kuoni a tout de même fait savoir que les clients devant partir en Islande dans les prochains jours pourraient reporter leur voyage à une date ultérieure. En revanche, le nuage de cendres pourrait toucher aujourd’hui la Norvège et, surtout, l’Ecosse (où des suppressions de vols sont à craindre) et une partie de l’Irlande (où le trafic pourrait être maintenu).
Du côté des TO, Hurtigruten, déjà lourdement pénalisé par l’éruption du volcan Eyjafjoll l’an dernier, se dit très préoccupé. Mais pour ceux, majoritaires, qui n’opèrent pas en Europe du Nord, le mot d’ordre est à poursuite normale des activités. Avec une communication à degré variable : si chez Thomas Cook, on dit ne pas être « en mode crise pour l’instant », chez Marmara, on confie que la « cellule de crise est en état d’alerte et prête à être réactivée immédiatement si besoin ».

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique