Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Univairmer finalise l’acquisition d’un mini-réseau

"Nous avons deux dossiers sérieux et étayés de rachat sous le coude", pour un total de 25 agences, indique Jean Dionnet, PDG d'Univairmer.

Le réseau de Jean Dionnet doit conclure, la semaine prochaine, un premier rachat. "Les avocats rédigent actuellement le protocole d’accord ", indique, enthousiaste, Jean Dionnet. "Nous devons signer la semaine prochaine", ajoute le PDG d’Univairmer. Le deal porte sur un mini-réseau de 10 agences de voyages, correspondant à 15 millions d’euros de volume d’affaires (22 personnes), dont 75% dans le tourisme. Jean Dionnet n’en dira pas plus – clauses de confidentialité oblige -, si ce n’est qu’une telle acquisition lui permettra d’améliorer son maillage territorial. L’opération devrait être effective au mois de juin.

Une levée de 1M€

Pour ce faire, Univairmer a effectué comme prévu sa troisième levée de fonds, le 15 mars, d’un million d’euros, auprès des investisseurs historiques dont Bpifrance. De quoi renforcer ses fonds propres pour poursuivre la croissance externe, dans le but ultime de rassembler 100 points de vente.

Un autre rachat est déjà en vue, portant cette fois sur une quinzaine d’agences, sans doute après l’été.

Jean Dionnet a réalisé au cours des deux dernières années deux belles acquisitions : 24 agences Thomas Cook et le groupiste 123 Voyages. Aujourd’hui, c’est un réseau intégré de 55 points de vente (24 Thomas Cook, 10 Kuoni, 14 Jet tours, 1 Asia, 1 boutique des Croisières, les autres étant aux couleurs d’Univairmer).

La croissance (enfin) de retour

A l’issue de l’exercice 2015/16 (se terminant le 31 octobre), son volume d’affaires atteint 88 millions d’euros (hors 123 Voyages, au VA de 7M€), contre 58 millions d'euros un an plus tôt. "La croissance a été tirée par les 30 millions d’euros des 24 agences Thomas Cook. A périmètre constant, les ventes ont progressé de 0,8%, contre +3% budgété. C’est plutôt satisfaisant, dans un contexte difficile et tendu sur le plan géopolitique, et par rapport au marché dans son ensemble, qui a reculé d’environ 10%". Le résultat net ressort en consolidé à 238 000 euros.

Surtout, les ventes repartent. "Depuis le début de l’exercice en cours le 1er novembre, à fin février, nous sommes à +9,8% en prises de commandes. Tous les voyants sont au vert". Des signes de reprise partagés par plusieurs acteurs du marché.