Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : un nouveau PSE n’est pas écarté

La prorogation de la période d’appel aux départs volontaires a permis de recevoir 62 candidatures supplémentaires, selon la direction de TUI France, soit un déficit de 20 postes seulement par rapport au plan initial. Mais les différents scenarii restent possibles, y compris un nouveau plan social.

Le 5 mars dernier, le compte n’y était pas. Il restait encore 82 postes à supprimer. Au 9 avril, on y était presque.

Au cours des 5 semaines de prolongation de la période d’appel à volontariat pour des départs concertés, 62 salariés supplémentaires se sont manifestés, s’ajoutant aux 178 qui s’étaient déjà déclarés au cours d’une précédente période de huit semaines.

Un déficit de 52 postes au total

Pour susciter ces nouvelles candidatures, la direction de TUI France avait notamment ouvert la possibilité de départs volontaires aux salariés concernés par les franchisations envisagées.

Si l’on ajoute les 14 départs effectués par ailleurs, on arrive donc à un total de 254 postes "soit un déficit de 20 postes" sur les 274 suppressions souhaitées par la direction de TUI France, selon un porte-parole du groupe.

A ces 20 postes, il faut encore ajouter les 32 suppressions de postes via des fermetures et franchisations d’agences, comme prévu selon le plan initié en septembre dernier, et toujours d’actualité.

Au global, sur les 306 suppressions de postes définies par le PSE, ce sont donc 52 qui restent en suspens, mais ce sont des départs programmés sur trois exercices 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016, précise TUI France.

Tout reste ouvert

"On se donne maintenant du temps pour étudier les différents scenarii, et tout reste ouvert, y compris un nouveau PSE", selon le porte-parole de la direction.

Une réunion est organisée cet après-midi, qui devrait confirmer le nombre de candidatures validées, et donc de départs réels acceptés.

Les représentants syndicaux n’ont d’ailleurs pas tenu à s’exprimer officiellement avant cette réunion. "Mais je pense que nous serons loin du compte", annonce Lazare Razkallah , secrétaire CGT du Comité d’entreprise qui table plutôt sur un déficit de 80 postes.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique