Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : le CE lance une procédure d’alerte

Le comité d’entreprise extraordinaire de lundi 24 mars n’a pas apporté aux délégués du personnel les réponses qu’ils attendaient. Le cabinet Apex va être chargé d’une enquête interne.

La tension monte à nouveau chez TUI France. Ce lundi soir, les élus du comité d’entreprise (CE) ont décidé de confirmer le déclenchement d’une procédure d’alerte à l’issue d’une réunion extraordinaire avec la direction du groupe.

Les représentants du personnel estiment que la rencontre n’a pas permis de lever les inquiétudes suscitées par l’ouverture, ces derniers jours, d’une enquête sur "d'éventuelles irrégularités financières" au sein de Marmara avant son rapprochement avec Nouvelles Frontières dans TUI France.

"La direction a dit ne disposer d’aucune information sur la procédure judiciaire en cours et donc ne pas pouvoir apporter de réponse à nos questions", explique Lazare Razkallah, le secrétaire CGT du CE.

Le cabinet Apex aura "accès aux comptes"

Le droit d'alerte, déclenché en cas de "danger grave et imminent", permet d'interroger la direction sur la situation économique et financière d'un groupe. Elle permet, entre autres, de lancer une enquête obligatoire et immédiate interne afin de déterminer les mesures préventives à mettre en place.

Dans ce cadre, les élus du CE annoncent qu’ils vont mandater le cabinet Apex pour les accompagner. "Ils vont avoir accès aux comptes et à tous les documents nécessaires pour répondre aux questions que nous nous posons, indique Lazare Razkallah. Nous voulons savoir quelles irrégularités financières ont eu lieu, à la fois chez Marmara, mais aussi chez Nouvelles Frontières sous la direction de Jean-Marc Siano [DG de NF entre 2006 et 2011, appelé à comparaître prochainement devant la justice pour présentation frauduleuse de bilan, ndlr]. Nous voulons savoir comment fonctionnent les procédures de contrôle du groupe, pourquoi elles n’ont rien détecté, quel impact ces irrégularités ont eu sur le compte de résultat du groupe et, en définitive, sur l’emploi".

Entrer directement en contact avec l'actionnaire

Les représentants du personnel considèrent également que la procédure d’alerte leur permettra d’entrer directement en contact avec Friedrich Joussen, le PDG de TUI AG, la maison mère de TUI France. "Nous comptons interroger l’actionnaire sur ses projets pour notre groupe, sur l’avenir qu’il lui réserve dans les prochaines années".

TUI France boucle actuellement un nouveau plan social portant sur 274 départs volontaires et 32 suppressions de postes via des transferts d'agence en franchise. L’appel à volontariat, prolongé faute d’un nombre suffisant de candidats, sera clos le 9 avril prochain.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique