Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Transat planche sur une division hôtelière

Avant de se mettre en retrait, le cofondateur du groupe canadien a confié sa volonté de créer une division hôtelière indépendante.

A l’occasion des 30 ans du groupe Transat, célébré en grande pompe dans les locaux du groupe près de l’aéroport Montréal-Trudeau, Jean-Marc Eustache, le cofondateur et actuel PDG de l’entreprise, a précisé son intention de mettre sur pied une division hôtelière aux couleurs de la marque.

"C'est une activité très payante qui génère des marges de l'ordre de 40 %. On va soit acheter et rénover des propriétés existantes, soit acquérir des terrains et construire nos propres établissements ou encore gérer des hôtels pour des tiers", a-t-il déclaré à nos confrères canadiens de La Presse. "J'ai délégué tous mes pouvoirs à notre nouvelle chef de l'exploitation, Annick Guérard, et c'est elle qui va me succéder à titre de PDG lorsque notre division hôtelière sera bien structurée", précise Jean-Marc Eustache, confirmant ainsi qu’il s’agit là de sa dernière mission.

Un vieux serpent de mer pour le groupe

Cette annonce n’est pas surprenante, tant le groupe Transat a toujours affirmé sa volonté de prendre ses marques dans l’hôtellerie. La société a d’ailleurs vendu cet été sa participation de 35% dans la coentreprise Ocean Hotels, qui exploite des établissements en République Dominicaine, à Cuba et au Mexique.

Une opération qui a permis au groupe de dégager des liquidités, investies aussi vite dans ce nouveau projet de division hôtelière. La vente de Transat France et des activités du groupe en Grèce a aussi permis de dégager une enveloppe de 91 millions de dollars canadiens, tout comme le rachat de la participation du groupe par un partenaire espagnol, à hauteur de 157 millions de dollars américains.

Affaire à suivre donc pour le premier voyagiste canadien, qui a enregistré un chiffre d’affaires de l’ordre de 3 milliards de dollars en 2016, contre 23 millions l’année de sa création, en 1987.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique