Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TourCom veut sa place sur le podium

Dix jours après la signature du partenariat entre Havas et Carlson, les discussions avec TourCom devraient reprendre en vue d’une alliance tripartite au plus tôt à la rentrée. L’occasion pour le réseau, qui a tenu son assemblée générale la semaine dernière, de mettre en avant ses atouts.

Quelle place pour TourCom dans le couple Havas-Carlson ? Alors que les discussions ont été entamées depuis plusieurs mois, la signature, le 31 mai, du partenariat entre Havas et Carlson repose la question de l’avenir de TourCom dans le nouvel ensemble. Jean-Marc Siano, président du directoire de Nouvelles Frontières, et Bertrand Mabille, directeur général de Carlson Wagonlit Travel, faisaient preuve la semaine dernière dans nos colonnes de la plus grande prudence à ce sujet. « Nous devons discuter à nouveau et voir si nous pouvons mettre des choses en commun », indiquait le président du directoire de NF, pour qui le sujet n’était « pas la priorité ». Le DG France de CWT restait lui aussi évasif, évoquant TourCom comme « un concurrent sur le segment affaires », avec lequel seule « une esquisse d’accord » a été élaborée. Les deux réseaux fraîchement associés ne semblent donc pas montrer un entrain démesuré à reprendre les discussions avec TourCom… Faute d’y trouver un intérêt suffisant ? « On a beaucoup travaillé ensemble, certains accords communs sont déjà en place, répond pourtant Richard Vainopoulos, président de TourCom. Les discussions ne sont pas globales, mais portent sur des dossiers bien précis. »

LA SÉCURITÉ, UN ATOUT MAÎTRE

Les principales synergies concerneraient, en effet, sur la mutualisation des outils technologiques et sur de meilleures conditions avec certains fournisseurs loisirs et aériens, alors que les agences TourCom garderaient leur enseigne et leur indépendance. « Les premiers contrats tripartites avec plusieurs TO ont [déjà] été signés », assure Richard Vainopoulos, qui estime également que la vente de produits Nouvelles Frontières dans les agences de son réseau est un scénario « très envisageable, Nouvelles Frontières ne serait pas contre ». Pour ne pas être oublié par le nouveau duo Havas-Carlson et pour peser sur ces discussions, TourCom a rappelé, lors de son assemblée générale le 4 juin, ce qu’il pourrait apporter à la corbeille de ses partenaires, faisant de la sécurité son meilleur atout. Un thème transversal et multifacette pour toucher les adhérents, les clients, les fournisseurs. « Grâce à notre centrale de paiement, nous disposons d’un formidable outil pour garantir votre sécurité financière et vous protéger », a déclaré le président de TourCom avant d’affirmer : « Le seul modèle d’avenir, c’est celui d’un réseau avec centrale de paiement et dans ce domaine je crois que le débat est clos. » C’est d’ailleurs par le biais de Tourfinance que TourCom a mis un pied dans le cercle Havas-Carlson. Une cinquantaine d’agences Havas Voyages et les franchisés de CWT ont recours aux services de la centrale de paiement du réseau. Un dispositif central dans l’offre de gestion de TourCom qui comprend un encours sur tous les tour-opérateurs, la surveillance de leur santé financière, un commissionnement de base plus important, la mise en place d’incentives… Autant de garanties apportées aux adhérents « dans un contexte de plus en plus difficile, comme l’a montré l’épisode du volcan, avec des fournisseurs de plus en plus fragilisés et qui risquent de faire porter aux agences indépendantes le paiement des prestations en cas de défaillances ».

ÊTRE INDÉPENDANT FACE AUX TO

Un autre argument qui vient renforcer la thèse d’une centralisation des paiements a été soulevé à un moment opportun par Richard Vainopoulos. C’est celui du changement des bases de calcul des cotisations APS des agences et des TO : « Les tour-opérateurs passent de 2 % à 0 % de garantie, tandis que les distributeurs passent de 6 % à 10 %. » Le risque étant de faire peser sur les agences de voyages la responsabilité d’une défaillance du TO. Et c’est aussi pour se prémunir contre ce risque que le réseau développe une production maison, sous la bannière de TourCom Prod. En vendant des groupes et packages dynamiques conçus à l’aide de réceptifs et de partenaires référencés, sonobjectif est à la fois de générer des ventes annexes, mais aussi de marquer une certaine indépendance vis-à-vis de TO. La production réalisée via TourCom Prod doit passer de 7 ME de volume réalisés en 2009 à 30 ME et beaucoup plus d’ici quatre ans, espère Richard Vainopoulos. Soixante-deux fournisseurs sont référencés, dont 47 réceptifs. La centaine pourrait être atteinte d’ici la fin de l’année. Une production qui ne porte néanmoins pas préjudice aux 42 TO référencés selon le président de TourCom. « Elle porte sur des types de produits qu’ils ne savent pas traiter, précise-t-il. Nous avons besoin des tour-opérateurs pour les produits clubs et de tourisme de masse. » Il rappelle aussi l’opportunité de développer avec Havas-Carlson, la destination France, en s’appuyant sur le réseau de réceptifs et des autocaristes adhérents TourCom. Enfin, TourCom déclare 2010 comme l’année « d’un tournant technologique, à la fois pour le BtoB et le BtoC ».

LA RÉNOVATION DU PORTAIL REPOUSSÉE

Le réseau a signé récemment avec Amadeus pour l’utilisation de son moteur de recherche de forfaits loisirs, Traveltainment. Le moteur E-retail, toujours signé Amadeus, a lui, été choisi comme outil pour le package dynamique. En revanche, en interne, la rénovation du portail TourCom a été repoussée et un nouveau prestataire, « plus souple », a été choisi au détriment d’Amadeus. Autant de leviers de croissance pour faire passer le volume d’affaires du réseau à « 2 milliards d’euros d’ici trois ans », alors que celui-ci stagne depuis 2007 à 1,5 MdE avec 560 adhérents à fin mai 2010.

« Le seul modèle d’avenir, c’est celui d’un réseau avec centrale de paiement et dans ce domaine je crois que le débat est clos »

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique