Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tour Eiffel : le restaurant de Thierry Marx ouvrira le 17 mai

Les réservations peuvent d’ores et déjà être prises pour Madame Brasserie. Le restaurant s’apprête à reprendre du service, au terme d’une longue métamorphose.

Il y a quatre ans, la guerre des chefs qui se disputait à la tour Eiffel avait fait grand bruit. C’était en 2018, et le duo Frédéric Anton et Thierry Marx avait fini par ravir les concessions de restauration du célèbre monument à Alain Ducasse. Depuis, Frédéric Anton s’est installé aux fourneaux du Jules Verne, réinventant l’expérience du restaurant étoilé de la tour. Thierry Marx, quant à lui, a repris les rênes du restaurant du premier étage de la Dame de fer.

Fermé en 2019 pour d’importants travaux ralentis par la pandémie, l’établissement, complètement transformé, rouvrira le 17 mai. Les réservations sont ouvertes depuis le jeudi 10 mars. Madame Brasserie, c’est son nom, servira des produits de saison, issus d’une agriculture raisonnée, fournis à 70% en circuit court – moins de 200 km – par des producteurs et artisans de bouche locaux, pour certains membres de la « Guilde des artisans de la tour Eiffel », créée pour mettre en valeur le terroir francilien.

Des produits locaux et de saison

Au menu, des plats de brasserie typiques : poitrine de veau rôtie avec des févettes, dorade royale, maquereau à la boulonnaise, sole de petit bateau » avec leurs « garnitures du moment ». Madame Brasserie proposera aussi une offre « snacking » l’après-midi ainsi que des petits déjeuners : le but est de séduire les touristes du monde entier tout en « attirant Parisiens et Français », avec un déjeuner comprenant entrée, plat, dessert – mais sans boisson -, et le ticket d’ascension, à partir de 56,55 euros. Soucieux depuis vingt ans de l’impact social et environnemental de ses activités, Thierry Marx emploie 20% de personnes en insertion, s’efforce de réduire l’impact carbone (livraison, gestion optimisée des déchets, de l’eau, l’énergie…) de ses assiettes et prône le label du « bien manger » Bleu-Blanc-Coeur. Aux fourneaux de Madame Brasserie, le chef sera à la tête d’une brigade de 80 personnes.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique