Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Terrorisme : Air France dément être victime de salariés radicalisés

Tentatives de sabotage, tags "Allah akbar" sur des trappes de kérosène, annonces de sécurité en arabe… Suite aux éléments publiés le 5 octobre par Le Canard Enchaîné sur la multiplication des actes inquiétants chez Air France, la compagnie tricolore dénonce des "rumeurs infondées".

Alors que la menace terroriste inquiète toujours autant dans l'Hexagone, c’est un incendie qu’Air France pourrait avoir du mal à éteindre. Le 5 octobre, Le Canard Enchaîné a publié un article recensant des "anomalies" avant le départ de Roissy de plusieurs vols commerciaux de la compagnie. Des incidents liés à des individus radicalisés, selon l’hebdomadaire.

Des "événements sortis de leur contexte" d'après Air France

Mais ces accusations sont formellement démenties par Air France qui parle de "fausses informations". "Aucun acte de malveillance sur un vol commercial Air France n'a jamais été confirmé ni même identifié comme tel. Les faits évoqués par le journal Le Canard enchaîné […] ne sont pas conformes à la réalité. Il s'agit de rumeurs infondées ou d'événements sortis de leur contexte", précise-t-elle dans un communiqué.

Une réaction quasi immédiate, nécessaire pour tenter d’apaiser les esprits. Car les exemples présentés par le journal satirique, qualifiés de "tentatives de sabotage" par un agent du renseignement cité dans le papier, sont particulièrement anxiogènes. Plusieurs commandants de bord auraient par exemple remarqué que le moteur relais de leur appareil, censé contrôler les réacteurs depuis le cockpit, présentait des avaries.

Une énumération d'incidents inquiétants sur 2015

Un dysfonctionnement détecté lors de la procédure de check-list avant le décollage. Mais selon les services de renseignement, l’incident est volontaire. Il serait le fait d’un salarié d’Air France converti à l’islam, et qui se serait depuis réfugié au Yémen. Deux hommes liés à cette personne auraient également trafiqué plusieurs toboggans d'évacuation destinés aux aéronefs d'Air France. Faute de preuve suffisante, les deux hommes ont été déplacés à des postes "moins sensibles", toujours selon le journal.

D’autres événements, survenus en 2015, sont mentionnés par Le Canard Enchaîné. Les annonces de sécurité auraient ainsi été programmées en arabe sur plusieurs vols. Sur une liaison Los Angeles-Tel Aviv, c'est Israël qui aurait été rayé de la carte. Par ailleurs, sur une quarantaine d'avions, des tags "Allah Akbar" auraient été retrouvés sur les trappes de remplissage de kérosène.

Autant d'éléments à appréhender avec précaution. Europe 1, qui a enquêté sur le sujet, souligne par exemple que parmi les tags repérés chez Air France d'autres inscriptions figuraient comme "D’Artagnan" ou encore "Je t'aime".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique