Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tendance : qui sont les city-breakers ?

La compagnie aérienne Transavia analyse le phénomène du city-break, ces séjours de 2, 3 ou 4 jours particulièrement plébiscités par les 18-35 ans. Trois tendances se dégagent : le "comme à la maison", les nouveaux 3B, et l'exotisme urbain.

Ils ont entre 18 et 35 ans et partent 3 à 4 fois par an : en quelques années, les city-breakers sont devenus une cible incontournable pour les professionnels du tourisme, notamment dans le domaine des transports. Transavia, filiale low cost d’Air France-KLM, a décrypté ce phénomène à l’occasion d’une conférence de presse organisée ce mardi 9 juin à Paris, en présence d’Hervé Kozar, directeur général adjoint commercial de Transavia France.

Desservant plus de 70 destinations, la compagnie aérienne a en effet noté une explosion de cette clientèle avide de courts séjours dans des villes européennes ou sur le Bassin méditerranéen. Elle discerne trois tendances.

1- Le "comme à la maison"

A longueur de journées, les 18-35 ans sont abreuvés d’images du monde entier postées sur des réseaux sociaux comme Facebook et Instagram. L’étranger semble alors plus proche, presque familier. Et lorsqu’on se rend enfin sur place, pas question de se comporter en "touriste". Le voyageur a envie de se fondre dans le rythme de vie du pays, de retrouver des indices de proximité et de tester les bons plans locaux. A cet égard, le succès d’Airbnb montre que cette attente n’est pas prête de se tarir.

2- L’up-breaking, les nouveaux 3B (beau, bien, bon)

En recherche d’authenticité et de qualité, les city-breakers sont prêts à délier les cordons de leur bourse, quitte à survaloriser leur niveau de vie pour profiter pleinement de l’expérience le temps de ces 2 ou 3 jours (voir ci-dessous l’infographie "Le budget des city-breakers"). Hôtels d’avant-garde, adresses confidentielles, mais surtout hauts lieux de la nouvelle cuisine sont au programme. Les "foodistas", adeptes du "food porn" et des longs billets de blog pour décrire le contenu de leur assiette, représentent désormais une niche solide.

3- L’exotisme urbain

C’est "la" tendance émergente qui en est encore à ses balbutiements mais promet de s’épanouir pleinement dans les années à venir. Exit les capitales trop vues, les défricheurs urbains sont en quête de destinations anti-mainstream où tout n’a pas encore été photographié, filmé, instagramé. Ces nouveaux explorateurs n’ont pas peur de partir seul pour sortir des sentiers battus et dénicher des lieux underground. Par le jeu de la mise en scène virtuelle de ces découvertes, entre hashtag et photos filtrées, ces adresses se mueront vite en spots trendy.

La stratégie de Transavia ?

La compagnie aérienne s’adapte à cette jeune clientèle avec des tarifs bas qui restent disponibles tardivement afin de permettre les réservations de dernière minute. Les efforts portent aussi sur la digitalisation comme en témoigne la mise en ligne au mois de mai du nouveau site internet, désormais adapté à tous les supports. Par ailleurs,  l’expérience client est valorisée avec, par exemple, des playlists à bord des avions grâce au partenariat avec Deezer. Enfin, Transavia ouvre une dizaine de lignes par an dont plusieurs constituent des paris osés à l’image de Tirana,  la capitale albanaise, prisée des "défricheurs urbains".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique