Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SSF : Le dispositif de sécurité en Egypte est complet et cohérent

A la demande du ministère égyptien du tourisme, le cabinet Scutum Security First vient de réaliser un audit de sécurité dans le pays, dont il a présenté ce mercredi matin les conclusions sur le salon IFTM-Top Résa.

L'Egypte pousse de tout son poids pour convaincre les autorités et les touristes français que les conditions de sécurité dans le pays sont réunies. A la suite des violences survenues durant l’été, et devant la position très ferme du quai d’Orsay, qui déconseille depuis début juillet les voyages dans le pays, le ministre égyptien du Tourisme, Hicham Zaazou, a confié au cabinet français Scutum Security First (SSF) une mission d’audit des dispositifs de sécurité dans les zones touristiques du pays. Ses conclusions ont été présentées ce mercredi matin dans le cadre du salon IFTM-Top Resa.

Verdict : "toutes les procédures fonctionnent, et plutôt bien, assure Bernard Jacquemart, qui a réalisé cet audit. Le dispositif est complet et cohérent, les moyens parfaitement adaptés et opérationnels. Donc, oui, je pense qu’on peut aller en Egypte en toute sécurité, même si le risque zéro n’existe pas, et n’existera jamais."

Un audit réalisé début septembre

Réalisée entre le 7 et le 17 septembre, cette mission a porté sur les principaux centres touristiques traditionnellement fréquentés par les Français : Louxor, Assouan, la vallée du Nil, les stations de la mer Rouge et le sud-Sinäi. Le Caire comme Alexandrie ont été volontairement évités. Au total, 7 aéroports, 22 hôtels et resorts et 7 sites touristiques, y compris le monastère Sainte-Catherine, dans le sud Sinaï, ont été visités par SSF.

Bernard Jacquemart confirme que les sites, en particulier dans la vallée du Nil, sont désertés, et n’accueillent que quelques touristes par semaine. "La description de Louxor comme une ville fantôme est parfaitement justifiée", assure-t-il.

Les mesures de sécurité n’ont cependant pas été assouplies, selon lui. La police touristique, mise en place après l’attentat de Louxor en 1997, reste en action, surveillant l’entrée des hôtels, les déplacements des bus ou ceux des touristes utilisant des taxis, et assurant la sécurité des croisières aussi bien depuis les rives du Nil qu’à bord des navires. En complément, les sociétés de sécurité privée maintiennent également leur présence dans les hôtels.

Des conclusions similaires dans d'autres pays européens

Il note cependant quelques axes de travail pour l’avenir : approfondissement de la formation des personnels chargés des contrôles pour éviter tout relâchement de la vigilance, meilleure utilisation des technologies de surveillance, renforcement du dispositif sur les rives du Nil…

Réalisée à la demande des autorités égyptiennes, cette mission pouvait-elle aboutir à des conclusions moins positives ? "Nous avons demandé le même type d’audit sur tous nos autres marchés européens, répond Hicham Zaazou. L’Allemagne, la Russie, l’Italie ou le Royaume-Uni l’ont fait, en envoyant des délégations composées d’acteurs publics et institutionnels. Leurs conclusions étaient similaires à celles de l’audit français."

Ces missions auraient d’ailleurs porté leurs fruits dans bon nombre de ces pays. "Le Royaume-Uni n’a jamais déconseillé la mer Rouge, la Belgique et les Pays-Bas ont assoupli leurs conseils aux voyageurs et l’Allemagne vient de faire la même chose hier soir [mardi, ndlr]. La Russie devrait suivre prochainement."

Rencontre avec le Quai d'Orsay prévue ce jeudi

Et la France ? Une rencontre entre Hicham Zaazou et Didier Le Bret, le directeur de la cellule de crise du Quai d’Orsay, est prévue ce jeudi pour obtenir l’assouplissement des conseils aux voyageurs. En 2007, un précédent audit de SSF au Sri Lanka avait débouché sur la révision de la position du ministère des Affaires étrangères au cours du mois suivant.

En espérant un scénario similaire, l’office du tourisme égyptien en France prépare déjà la reprise : Egypt Air s’est engagée à faire voyager gratuitement les enfants de moins de douze ans lors des prochaines vacances scolaires de la Toussaint, de Noël et de février.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique