Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Spirit Airlines rejette Jetblue et préfère l’offre, plus faible, de Frontier

Trop risquée. Spirit Airlines a rejeté l’offre de JetBlue, estimant qu’elle n’allait pas être validée par l’autorité de la concurrence.

La compagnie aérienne américaine Spirit Airlines a annoncé lundi qu’elle rejetait l’offre de rachat de sa rivale JetBlue, doutant qu’elle obtienne le feu vert des autorités de la concurrence et indiquant qu’elle préférait toujours fusionner avec Frontier.

« Spirit continue de croire dans la logique stratégique de la fusion proposée avec Frontier et a confiance dans le fait que celle-ci représente la meilleure opportunité pour maximiser la valeur de long terme pour les actionnaires », a affirmé dans un communiqué le président du conseil d’administration de Spirit, Mac Gardner.

À Wall Street, l’action de Spirit reculait de 0,9% et celle de Frontier de 1,5% dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse. L’action de JetBlue montait en revanche de 0,4%.

Dans une lettre adressée à Robin Hayes, le patron de JetBlue, Mac Gardner dit s’inquiéter que ce projet de rachat n’obtienne pas l’approbation des autorités, en rappelant que le ministère de la Justice et plusieurs États américains avaient engagé des poursuites pour bloquer un partenariat entre JetBlue et American Airlines, la Northeast Alliance.

« L’offre de JetBlue est illusoire »

« Nous avons du mal à comprendre comment JetBlue peut croire que le ministère de la Justice, ou un tribunal, puisse être convaincu que JetBlue soit autorisé à former une alliance anticoncurrentielle alignant ses intérêts avec ceux d’une compagnie traditionnelle puis à entreprendre une acquisition qui éliminerait la plus grosse compagnie à très bas coûts », écrit Mac Gardner. Et ce même avec les cessions proposées par JetBlue. « En raison du risque que la transaction n’aboutisse pas, nous estimons que l’offre de JetBlue est illusoire et le conseil d’administration de Spirit n’a pas jugé nécessaire de l’examiner », conclut-il.

JetBlue avait formulé son offre de rachat de 3,6 milliards de dollars en numéraire début avril, renchérissant sur celle de Frontier d’un montant de 2,9 milliards de dollars. JetBlue avait alors assuré que sa proposition représentait l’opportunité la plus attractive pour les actionnaires de Spirit, promettant un chiffre d’affaires annuel de près de 12 milliards de dollars pour la nouvelle entité.

Les revenus de Spirit ont totalisé 4 milliards de dollars en 2021 et ceux de JetBlue sont montés à un peu plus de 6 milliards. La fusion de Spirit avec Frontier, qui doit encore être approuvée par les régulateurs et les actionnaires, doit être achevée au second semestre 2022, a précisé le conseil d’administration de Spirit. Si elle parvient à son terme, le nouveau groupe sera la cinquième compagnie du pays en termes de nombre de sièges proposés, derrière American, United, Delta et Southwest.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique