Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Salons du tourisme : la bataille du sud

Philippe Beissier et Christian Coulaud lancent un nouvel événement à Marseille, Sud Tourisme, destiné à la fois aux professionnels et au grand public.

Philippe Beissier et Christian Coulaud viennent d’annoncer le lancement d’un nouveau salon à Marseille. Sud Tourisme, qui se tiendra au hall 1 du Parc Chanot, proposera une soirée et une journée dédiées aux professionnels et deux jours au grand public, du 13 au 16 févier. Le site dédié, www.sud-tourisme.com, sera en ligne le 13 juillet

"Marseille, son agglomération, le département des Bouches-du-Rhône, la région Paca et celles limitrophes du Languedoc-Roussillon et de Rhône-Alpes constituent un énorme réservoir de clientèle et de professionnels du tourisme", explique un communiqué.

Une place à prendre

"Il y avait, depuis la fin de Mahana Marseille il y a trois ans, une place à prendre. Mais nous souhaitions aussi jouer la complémentarité avec une partie B2B", détaille Christian Coulaud, qui espère atteindre au global 10 000 visiteurs et 170 exposants.

Mais y-a-t-il encore de la place pour de nouveaux salons en France ? Comexposium, qui exploitait le salon Mahana à Marseille, a en effet abandonné en 2011, après une baisse du nombre de visiteurs à 15 000 sur 3 jours. Et plusieurs autres salons sont en difficulté.

"Ces chiffres sont prévisionnels, mais paraissent démesurés, estime Jean-François Alexandre, qui organise le Ditex à Avignon. Cela coûte très cher de faire venir le grand public, il faut un énorme plan de communication. Si Comexposium, un professionnel des salons depuis longtemps, a arrêté, c’est que cela ne devait pas être rentable".

Une multiplication des salons

"Il y a une multiplication des salons, c’est vrai. Mais nous avons un véritable plan média, avec France Bleu Provence et des partenaires comme la SNCM, MSC ou le Comité Régional de Tourisme Paca", répond Christian Coulaud.

Quant à la partie B2B, Christian Coulaud estime ne pas être "en concurrence frontale" avec le Ditex. "Nous visons davantage les agences de voyages, alors que le Ditex s'adresse aux décideurs. Il y aura une soirée d’ouverture, le jeudi, l’idée c’est un peu de recréer l’ambiance de Deauville. On va avoir au moins 500 personnes, mais on aimerait avoir 2000 professionnels au total", explique-t-il.

"Ca va mettre le bazar, regrette toutefois Jean-François Alexandre. On est dans un marché complétement atone. Les budgets des professionnels ne sont pas extensibles."

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique