Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Saint-Martin : “il faudra un an pour reconstruire”

Six mois après le passage des ouragans, le chantier reste encore colossal sur l’île, qui vit à 95% du tourisme.

Les espoirs de reprise se portent désormais sur la saison 2018/2019 à Saint-Martin. Six mois après le passage dévastateur des ouragans Irma et Maria, l’activité touristique est encore très faible. “Nous avons été touchés, nous avons été blessés, nous nous relevons de nos cendres mais pour autant, cette reconstruction va prendre un an”, a indiqué à l’AFP Daniel Gibbs, le président du conseil territorial de Saint-Martin, qui précise que “des restaurants, des magasins ont rouvert”, ainsi que “certains hôtels, en partie ou complètement”.

 

300 à 400 chambres disponibles sur l’île

Selon ses estimations, 70% de l’offre hôtelière sera remise à niveau pour la haute saison 2018-2019. De la reconstruction des hôtels dépend la reprise de l’activité touristique de l’île. Pour l’heure, « Il n’y a plus que des touristes à la journée. Et, au maximum, trois bateaux par jour », regrettent ainsi les professionnels. D’après Patrick Séguin, membre de l’association des hôteliers de Saint-Martin, propriétaire du Beach Hôtel, seules 300 à 400 chambres d’hôtels sont disponibles sur l’île, contre 1300 auparavant. Et toutes ne peuvent pas être proposées aux touristes. « Moi, j’ai 80 chambres disponibles, mais je n’ai pas de réception, pas de service hôtelier, donc cela peut aller seulement pour une clientèle professionnelle », explique ainsi Patrick Béguin. Selon lui, seul l’hôtel Mercure, à Baie Nettlé, est en mesure d’accueillir les touristes, car il a rouvert son restaurant et remis sa piscine en marche.

Les délais liés aux assurances, le volume des travaux à réaliser ou encore les difficultés d’acheminement des matériaux expliquent, entre autres facteurs, les délais nécessaires à cette reconstruction. Plus faciles à restaurer, les guest houses et autres Airbnb ont eux déjà redémarré, constate de son côté Philippe Gustin, le délégué interministériel à la reconstruction.