Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Retard du 737 Max : Ryanair envisage de nouvelles suppressions d’emplois

Alors que sa flotte est composée exclusivement d’appareils de Boeing, la compagnie Ryanair fait les frais des délais supplémentaires dans la livraison du 737 Max.

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair menace de procéder à de nouvelles suppressions d’emplois et fermetures de bases en raison des délais supplémentaires dans la livraison de Boeing Max 737. Dans une lettre adressée à son personnel datée du 27 janvier et transmise mercredi à l’AFP, le transporteur irlandais regrette « les mauvaises nouvelles supplémentaires » concernant l’appareil de Boeing. L’avionneur américain a repoussé à la mi-2020 une remise en service du Max et espère en reprendre la production, suspendue depuis le début de l’année, quelques mois auparavant. La flotte de Ryanair est composée exclusivement d’appareils de Boeing et ses projets de croissance sont donc perturbés par les problèmes du 737 Max, dont tous les exemplaires sont cloués au sol depuis mi-mars 2019 après deux accidents rapprochés ayant fait au total 346 morts.

Boeing devrait annoncer ses premières pertes en 22 ans

Les déboires du 737 MAX ont terni la réputation de Boeing, ils menacent désormais de détériorer ses finances. Dix mois après le début de cette crise inédite, l’avionneur devrait dévoiler mercredi une estimation de l’ardoise, qui se chiffrera en milliards de dollars. Le constructeur aéronautique américain, qui a un nouveau patron, David Calhoun, depuis le 13 janvier, publie dans la journée ses résultats annuels. Le géant de Seattle, qui a cédé en 2019 la couronne de premier avionneur civil mondial à l’européen Airbus, devrait essuyer une perte nette, ce qui n’est pas arrivé depuis 1997. En tout, le fabricant de l’emblématique 747 n’a enregistré que trois exercices déficitaires – 1946, 1995 et 1997 – en 104 ans d’histoire.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique