Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Exclusif : Royal Caribbean ferme ses bureaux en France et ailleurs en Europe

La compagnie américaine de croisières, qui possède les compagnies Royal Caribbean, Celebrity et Azamara Club Cruises, ferme ses bureaux en France, Espagne, Italie et Allemagne pour concentrer ses activités sur Londres.

Selon nos informations, Royal Caribbean Cruise Line ferme ses bureaux sur le Vieux Continent dont la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne afin de recentrer ses activités à Londres. Le croisiériste américain venait pourtant de renforcer en septembre sa structure en France avec l’embauche de trois commerciaux et la nomination Christella Giorgis au poste de directrice des ventes pour l’Hexagone. Interrogée lors du dernier salon IFTM Top Resa, elle confiait à L’Echo touristique que Royal Caribbean Cruise Line détenait 5% du marché français, soit environ 26 000 croisiéristes en 2018, via des ventes réalisées par 600 agences en France pour ses trois compagnies : Royal Caribbean International, Celebrity Cruises et Azamara Club Cruises. Depuis l’été 2018, le groupe possède également une participation majoritaire dans Silvelsea.

Interrogée par nos soins, la compagnie nous a répondu que la réorganisation était mondiale : « Royal Caribbean Cruises Ltd. (RCCL) a annoncé un projet de restructuration des activités internationales (à l’exception de la Chine) pour toutes les marques – Royal Caribbean International, Celebrity Cruises et Azamara- afin de mieux les soutenir et de cibler pour chacune les marchés prioritaires », indique-t-elle.

Une succession de restructurations du bureau français depuis 2012

Royal Caribbean Cruise Line n’en est pas à son premier aller-retour sur les marchés français et européens. C’est en 2011 que le groupe rouvre en effet une structure en propre en France après dix années d’absence pendant lesquelles il fut représenté par un agent général. Mais dès 2012, un plan social touchait la majorité de la quarantaine de salariés embauchés pour espérer percer sur le marché français. Celui-ci fut ensuite en partie géré de Barcelone, Royal Caribbean profitant alors de sa participation dans le groupe espagnol Pullmantur, propriétaire en France de la compagnie -aujourd’hui disparue- Croisières de France. Au fil de ces changements de cap, la compagnie a vu se succéder les responsables, de Stéphane d’Amécourt à Emmanuel Joly (basé à Barcelone pour l’Eurozone), de Djazia Mokri à Christella Giorgis plus récemment. RCCL pourrait désormais revenir à l’ancien système d’un agent général assurant la promotion et la commercialisation de ses navires sur notre marché.

Si la France ne pesait pas très lourd dans l’activité globale de Royal Caribbean Cruise Line (avec environ 26 000 clients), la décision de fermer le bureau allemand peut apparaître surprenante. En forte augmentation ces dernier années et N°1 en Europe, le marché allemand de la croisière fait en effet embarquer quelque 2,2 millions de passagers par an. Même avec une hausse de 3,4% en 2018, celui-ci n’était encore « que » de 520 000 Français en 2018.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique