Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

« Rouille » des pilotes, insectes, colères des passagers : les risques à surveiller selon Allianz

Pilotes manquant d’entraînement, passagers indisciplinés et attaques d’insectes figurent parmi les défis accompagnant la reprise du trafic aérien selon Allianz.

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, une grande partie de la flotte mondiale d’aviation commerciale est restée clouée au sol et les pilotes ont perdu l’habitude de voler, relève une étude d’AGCS, la branche industrielle d’Allianz. « Sans aucun doute, des défis surgiront lorsque le secteur aura de nouveau pris un bon départ », déclare Axel von Frowein, responsable régional de l’aviation en Europe centrale et orientale chez l’assureur.

En début d’année, des dizaines de pilotes ont signalé avoir fait des erreurs, comme la réalisation de plusieurs tentatives d’atterrissage, invoquant comme raison le manque de pratique de vol. « Les compagnies aériennes sont conscientes que leurs pilotes ont perdu leurs compétences en raison du temps passé au sol et prennent des mesures pour gérer et atténuer les risques potentiels », tels que des programmes d’entraînement ciblés, note l’étude.

Des passagers en colère selon Allianz

Le comportement indiscipliné des passagers d’avion est également de plus en plus préoccupant, en particulier aux États-Unis. Au cours d’une année typique, il y a environ 150 rapports de perturbations de passagers à bord d’avions. En juin 2021, il y en avait eu 3 000 selon le Federal Aviation Administration – la majorité impliquant des passagers refusant de porter un masque. Le rapport note que les passagers indisciplinés peuvent plus tard prétendre qu’ils ont été discriminés par la compagnie aérienne dans ces cas, même lorsqu’ils ont tort – une tendance que les assureurs doivent suivre.

D’autres signalements en nombre concernent des problèmes de fiabilité dans la mesure de la vitesse et de l’altitude lors des premiers vols après une longue hibernation des machines. En cause, l’obstruction par des insectes des cruciales sondes Pitot, donnant la vitesse en vol. « Le risque d’infestation animale augmente si les directives lors de la période de repos n’ont pas été suivies », pointe Allianz.

Des nids d’insectes dans les avions

Selon l’étude, l’année dernière dans l’aérien a aussi été marquée par relativement peu de dommages réclamés directement liés à la pandémie. Dans un petit nombre de cas, les passagers ont poursuivi les compagnies aériennes pour annulations ou interruptions de vols.

« Le Covid-19 n’a pas été un moteur direct des réclamations dans le domaine de l’aviation au cours de l’année écoulée », a déclaré Cristina Schoen, responsable mondiale des réclamations dans le domaine de l’aviation chez Allianz. « En raison de la réduction significative des voyages aériens commerciaux pendant la pandémie, nous avons vu moins de réclamations qu’au cours d’une année typique. Alors que le transport aérien commence à revenir aux niveaux d’avant la pandémie, nous nous attendons à ce que le volume des réclamations augmente en conséquence ».

Enfin, il y a eu un certain nombre de rapports de lectures de vitesse et d’altitude non fiables pendant le(s) premier(s) vol(s) après que certains aéronefs ont quitté l’entreposage. Dans de nombreux cas, le problème provenait de nids d’insectes non détectés à l’intérieur des tubes de Pitot de l’avion, des capteurs sensibles à la pression qui transmettent des données à un ordinateur. De tels incidents ont conduit à des décollages interrompus et à des retours en arrière. 

A lire aussi : Crise, reprise, attentisme : Alain de Mendonça fait le point sur Fram

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique