Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Risque

NULL

Le doigt pointé de l’Union européenne sur le calcul de la TVA à la française dans le tourisme serait matière à commentaires, tant le dossier, déjà complexe au départ, ressemble désormais à un labyrinthe qui va emprisonner pour longtemps les professionnels du voyage. Encore faut-il qu’il y ait de la valeur à taxer. Après le coup d’arrêt tunisien, les manifestations contre le régime égyptien, qui stoppent un autre marché gros-porteur, auront des conséquences sur les bilans des entreprises. Le président du Syndicat national des agents de voyages a d’ailleurs pronostiqué que celles-ci pourraient être « plus importantes que [celles] occasionnées par l’éruption du volcan Eyjafjöll ». C’est d’autant plus probable que la contagion peut gagner d’autres destinations. La contestation peut en effet monter dans certains pays, tandis que d’autres seront victimes de l’amalgame, de l’ignorance et de la proximité géographique et/ou culturelle et/ou confessionnelle. Mais ceux qui n’iront pas au Maroc, en Israël, à Dubaï, en Syrie ou en Turquie pour de sombres fantasmes ne sont pas plus blâmables que ceux qui promeuvent une destination à coup de clichés et d’évitement des populations et réalités locales. Le produit, pour ne pas dire le prix, supplante la destination au point que, raisonnablement, on pourrait bien envoyer des contingents de touristes sur la mer Rouge le plus sereinement du monde, sans qu’ils entendent les cris de révolte émis depuis la place Tahrir du Caire. Si ce n’était la peur. Elle se répand aussi sûrement que la colère du peuple arabe et sa mise en image. Elle va, une fois de plus, faire son oeuvre sur le marché français, sans que les représentants de la profession y puissent quoi que ce soit, si ce n’est manger leurs marges et proposer d’autres destinations sans orage, proches et au meilleur prix. À supposer qu’il en existe encore. Mais faut-il le souhaiter et continuer à jouer au chat et à la souris avec la réalité, en promettant des parenthèses paradisiaques, quand il est urgent d’apprendre à vendre le risque ?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique