';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rebelote

S’il a trouvé sa place au sein du gouvernement – et dans les médias – sur le sujet sensible de la consommation, Luc Chatel a plus de mal à exister avec sa deuxième casquette: celle du tourisme. D’ailleurs, l’absence de voeux à la profession, si ce n’est à travers un message sur Internet avant tout destiné aux touristes, a été mal perçue.

Du coup, le secrétaire d’Etat nous ressert quelques vieux serpents de mer qui agitent le tourisme depuis 10 ans pour faire illusion. C’est le cas avec l’accueil des visiteurs étrangers. Noble sujet, si ce n’est qu’il a déjà largement occupé son prédécesseur Léon Bertrand, à l’origine du fameux plan Qualité France.

Ce dernier avait aussi commandité à l’époque un rapport au sénateur Plasait, qui avait le mérite de mettre les pieds dans le plat. Rapport largement oublié, pour ne pas dire enterré depuis! Rebelote donc en ce début 2008, Luc Chatel ayant dévoilé juste avant les fêtes un plan d’actions afin de ?viser l’excellence? dans le domaine de l’accueil, convoquant au passage Air France, ADP ou la SNCF.

Le secrétaire d’Etat annonce cette fois la mise en place d’un comité de pilotage… chargé lui-même de diriger des groupes de travail ! Bref, voilà de quoi occuper les fonctionnaires du ministère du Tourisme pour quelques années encore… En attendant, les problèmes montrés du doigt par Bernard Plasait il y a trois ans n’ont toujours pas été résolus.

Sur le même sujet

Pour ne prendre que deux exemples, les taxis arborent une seule et même couleur dans le monde entier, pour simplifier la vie des touristes. En France, il est bien compliqué d’en repérer un, quand bien même il est libre. Dans de nombreuses capitales, un forfait aéroport/centre-ville a été instauré. Dans l’Hexagone, c’est mission impossible.

Quant à la gestion des flux à la police des frontières, que Luc Chatel entend améliorer, pas besoin d’une nouvelle étude pour la mesurer : n’importe quel voyageur qui parcourt le monde est capable de témoigner de l’incompétence de la France en ce domaine.

À défaut de dynamiter les terminaux les plus anciens (et mal conçus) de Roissy, la solution passe tout simplement par un renfort des effectifs de police. Pas facile en période de vaches maigres…

Thierry Beaurepère, rédacteur en chef

Réagir à cet article

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire