Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Protourisme et l’Umih confirment un été décevant pour la France

Le cabinet d’études et le syndicat hôtelier dressent un bilan très mitigé de la saison. A la mi-août, le nombre de nuitées enregistrées dans le pays était en recul de 5% selon les chiffres de Protourisme.

Alors que la saison estivale tire lentement à sa fin, les bilans provisoires qui sortent les uns derrière les autres indiquent tous la même tendance. Après le Synhorcat en début de semaine, et Atout France début août, le cabinet Protourisme a présenté à son tour hier des chiffres plutôt médiocres.

Selon son étude, le nombre de nuitées comptabilisées à la mi-août serait ainsi en recul de 5% par rapport à l’an dernier à la même date, tiré vers le bas par le mauvais temps de juillet et la crise. A titre de comparaison, à la même période de 2011, la saison s'était traduite par une augmentation de 2% du nombre de nuitées.

D'après Protourisme, dix millions de nuitées ont été perdues au total depuis le printemps dans le tourisme de loisirs, essentiellement dans les locations d'appartements et les campings. L'an dernier, pour le seul mois de juillet, 3 millions de nuitées avaient manqué à l'appel, mais la saison complète (avril-septembre) s'était achevée sur une hausse de 3%.

Les villages de vacances font exception

La baisse des nuitées constatée à mi-août affecte surtout les meublés (-10% en station), suivis de l'hôtellerie de plein air (-7%) et de l'hôtellerie balnéaire (-6%). Seuls les villages de vacances enregistrent une hausse de 2%.

Autre signe que les ventes ont été poussives, 35% d’entre elles depuis début juillet se sont faites grâce à des promotions (contre 30% environ à la même époque en 2011).

Protourisme ne donne pas de prévisions pour l'ensemble de la saison 2012, mais parle d'un mois d'août "bon voire très bon". Par ailleurs, septembre s'annonce "encourageant". Et ce, même si les professionnels manquent "de visibilité d'une semaine sur l'autre", du fait notamment des réservations au jour le jour sur Internet.

Pour l’Umih, la principale organisation patronale de l’hôtellerie-restauration, c’est surtout le littoral atlantique, pénalisé par le mauvais temps de juillet, qui a souffert. Son président Roland Héguy avance "des baisses de fréquentation de -10 à -20%" dans cette partie du pays, alors que le sud-est est "pratiquement à un ou deux points" de 2011, qui avait été une année exceptionnelle.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique