Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pourquoi et comment réduire son empreinte carbone

C’est, avec le Covid-19, l’ennemi public n° 1 du XXIe siècle : le CO2. Un gaz incolore, l’un des principaux gaz à effet de serre, contribuant au réchauffement de la planète. Comment calculer, réduire, et absorber ? L’Écho vous aiguille, pas à pas.

Se mettre sur la voie du tourisme responsable, c’est un peu gravir l’Everest pour un tour-opérateur ou une agence de voyages. Le projet donne le vertige, mais c’est pourtant la seule voie raisonnable à moyen et long terme. Même si le voyage a des vertus indéniables (économiques, sociales…), son empreinte carbone l’est tout autant. Inutile de faire l’autruche, il faut au contraire comprendre et minimiser les émissions de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre (GES).

Cette route vertueuse, nous avons décidé de vous aider à l’emprunter, en vous donnant quelques clés majeures de compréhension. Pour monter cette enquête, nous avons interrogé de nombreux experts, à commencer par Julien Buot, directeur de l’association Agir pour un Tourisme Responsable (ATR) et Alain Capestan, directeur général délégué de Voyageurs du Monde. 

Vous venez de lire moins de 5% de l’enquête « Pourquoi et comment réduire son empreinte carbone ».  Les plus de 95% restant sont réservés aux abonnés.
Pour lire l’ensemble de ce grand dossier (incluant l’interview d’Alain Capestan/Voyageurs du Monde), veuillez vous identifier avec votre compte si vous avez déjà un abonnement à L’Echo Touristique OU abonnez-vous.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique