Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pour les vacances, 1 Français sur 3 choisit l’économie collaborative

Les Français sont de plus en plus nombreux à recourir à des Airbnb et autres Blablacar. Les acteurs de l’économie collaborative ont des atouts, mais aussi des faiblesses justifiant le recours toujours massif aux professionnels du voyage.

Un Français sur 3 organise ses vacances grâce à des plates-formes de l’économie collaborative, selon une étude réalisée par l’institut Yougov pour Sailsquare, menée auprès de 1001 personnes représentatives de la population nationale française. Il s’agit principalement de plates-formes liées à l’hébergement (64%) et aux transports (47%) selon ce sondage réalisé en ligne du 27 au 30 juillet, à commencer par Airbnb et Blablacar bien sûr.

L’utilisation des places de marché dites de l’économie collaborative – devenues des entreprises à vocation lucrative comme les autres – est d’autant plus importante chez les plus aisés (42% des CSP+) et les jeunes (44% des 18-34 ans vs 26% pour les 45 ans et plus).

Les motivations

Le recours à des services entre particuliers se justifie majoritairement pour des raisons économiques (61%). Découvrir une nouvelle façon de voyager (30%) est une autre des motivations principales. Il est aussi question de simplifier l’organisation des vacances via des solutions plus flexibles (30%) et plus pratiques (30%) que les moyens traditionnels. L’envie de vivre une expérience humaine et conviviale rassemble 24% des utilisateurs. Les Parisiens se révèlent particulièrement sensibles aux valeurs véhiculées par les acteurs de l’économie collaborative comme la « découverte » et « l’authenticité », est-il ajouté.

Les freins

Les réfractaires aux places de marché C2C invoquent en premier lieu le défaut de visibilité sur le service attendu (23%), le manque de confiance (21%) et la préférence d’un service professionnel pour développer de vraies interactions/échanges (19%). Car « on peut tout rater sauf ses vacances », comme le soulignait un slogan publicitaire devenu un véritable proverbe dans le secteur du voyage….

A lire aussi, sur le même sujet :