Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Paris accueillera-t-elle les taxis volants d’Uber ?

En début d’année, Uber a annoncé un programme test de grande envergure à San Diego, dans le but de mettre en place la livraison par drone avec son service Uber Eats. La première étape d’une stratégie visant à proposer à ses clients tous les modes de transport, notamment l’aérien, mais aussi les bus avec Flixbus.

Jeudi, Uber a annoncé sa liste des pays qu’il considère comme de futurs marchés pour son service «taxi volant». Uber Air, aura pour objectif de lancer des vols de démonstration dans plusieurs villes en 2020 et une opération de taxi volant payant d’ici 2023. La société prévoit également d’étendre son expérimentation de drones de livraison à son service Uber Eats.

Selon The Verge, Dallas et Los Angeles seront les deux premières villes de lancement. Cinq autres pays sont à l’étude pour la troisième place : le Japon, la France, le Brésil, l’Australie et l’Inde.

Encore des incertitudes technologiques

Bien sûr, la technologie qui alimenterait le réseau de taxis aériens d’Uber est encore naissante et ne quittera pas la phase de test avant un certain temps. Et il n’y a toujours aucune garantie que la technologie puisse supporter le type de service envisagé par Uber. La question des batteries, qui doivent être suffisamment légères pour alimenter ces vols courts entre villes, est un obstacle possible. La volonté des clients de faire confiance à Uber pour assurer leur sécurité tout en volant au-dessus de villes en est un autre.

Clairement, Uber tente de capitaliser sur l’intérêt actuel des investisseurs pour les avions électriques, à décollage et atterrissage verticaux. Selon le média britannique, au moins 19 sociétés développent « des voitures volantes », y compris des fabricants tels que Boeing et Airbus, et de petites star-tup comme Kitty Hawk, cofondateur de Google, Larry Page.

Selon Uber, chaque pays figurant sur sa liste représente des avantages uniques. Si le Japon « est un chef de file en matière de transport public, de technologie et d’innovation automobile », la France est l’endroit où Uber construit son nouveau centre de technologie avancée. Uber prévoit d’annoncer le pays choisi dans six mois, après quoi il lancera son service de taxis volants dans les cinq prochaines années.

Un partenariat avec Flixbus

La nouvelle arrive alors qu’Uber s’éloigne peu à peu de ses origines de VTC et mise sur de nouveaux modes de transport, y compris des vélos, des scooters, ou encore les bus. Uber a récemment annoncé s’être allié avec Flixbus, la compagnie de bus. Ce partenariat offre une solution de transport de bout en bout aux voyageurs. Disponible dans les 12 villes où Uber opère, il permet de combiner les deux solutions de transport grâce à une fonctionnalité développé par Uber pour FlixBus.

Désormais des points de prise en charge et de dépose virtuels sont disponibles dans l’application Uber au niveau des arrêts et gares routières desservis par FlixBus. Par exemple, à Paris, à l’approche de l’arrivée, le passager peut se rendre sur l’application Uber et entrer « gare de Bercy » pour voir automatiquement l’arrêt FlixBus apparaître sur l’application.