Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Maroc : Ryanair annule tous ses vols jusqu’à février 2022

Faute de visibilité sur les prochaines semaines, la compagnie aérienne a décidé d’annuler tous ses vols vers le Maroc pour les deux prochains mois.

Dans un communiqué, la compagnie à bas pris irlandaise Ryanair a annoncé jeudi qu’elle était « contrainte » d’annuler tous ses vols vers le Maroc jusqu’au 1er février 2022 « en raison d’un manque de clarté de la part du gouvernement marocain concernant son interdiction de vol », laissant « 230000 passagers confrontés à des perturbations dans leurs projets de voyage ».

L’interdiction de vol décidée par le gouvernement marocain s’étend pour le moment jusqu’au 13 décembre, « les autorités marocaines doivent encore discuter avec les compagnies aériennes de ce qui se passera après leur décision de mi-décembre », indique Ryanair. Mais dans ce contexte incertain, la compagnie a opté pour une mesure radicale. « Ryanair se conforme à toutes les restrictions de voyage du gouvernement, mais les décisions d’interdiction de voyage à répétition nous obligent à annuler tous les vols, explique Jason McGuinness, le directeur commercial de Ryanair. Malheureusement, nous sommes contraints d’annuler tous les vols à destination et en provenance du Maroc jusqu’au 1er février 2022. »

Avalanche d’annulations

Le 25 novembre dernier, le Maroc a en effet annoncé la suspension des vols avec la France, une décision motivée par l’évolution de la situation sanitaire en France.

Pour les professionnels du tourisme marocain la situation est catastrophique. Les opérateurs du tourisme, qui misaient sur les fêtes de fin d’année pour se redresser, voient rouge : « Toutes les réservations ont été annulées et la plupart des hôtels devront fermer, sachant que la moitié d’entre eux le sont depuis le début de la pandémie » en mars 2020, déplore Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH). Dans ce secteur, entre 20% et 30% des emplois du ont déjà été détruits, estime M. Zelmat, le patron de la FNIH.

Le sort des voyagistes n’est pas meilleur. « Quelque 80% des agences de voyages sont déjà à l’arrêt », déplore Mohamed Semlali, le président de la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM)., « et les récentes décisions vont empirer notre situation ».  Les professionnels pensaient voir le bout du tunnel avec l’assouplissement des mesures de restriction grâce à l’amélioration de la situation épidémiologique. Mais c’était sans compter avec la nouvelle flambée des cas de Covid-19 en Europe, qui a conduit les autorités marocaines à fermer les frontières aériennes d’abord avec l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, puis avec la France, et enfin le reste du monde depuis lundi minuit.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique